Afrique Australe: SADC/41 ans après - Avancées et perspectives

41ème sommet des chefs d'Etat la SADC au Malawi

Luanda — La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui a succédé la Conférence de coordination pour le développement de l'Afrique australe (SADCC), célèbre, le 17 août, 41 ans d'existence.

Officiellement fondée le 1er avril 1980, à Lusaka (Zambie), par huit pays, notamment l'Angola, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, l'Eswatini (Anciennement Swaziland), la Tanzanie et la Zambie, la création formelle de la SADC n'a été consommée qu'à 20 juillet 1981, après l'achèvement de la rédaction du Mémorandum d'accord entre les États signataires de la Déclaration de Lusaka sur son existence réelle.

L'objectif principal de sa création a été de libérer les pays membres de la dépendance vis-à-vis de l'Afrique du Sud, alors dirigée par un régime de minorité blanche, de rendre la région socialement et économiquement forte et d'éradiquer la pauvreté.

De la SADCC à la SADC

Consolidant la volonté première pour laquelle elle a été créée lors du Sommet du 17 août 1992, à Windhoek, les chefs d'État et de gouvernement, malgré la guerre civile qui sévissait encore dans certains pays membres (Angola et Mozambique), ont lancé la Communauté de développement de Afrique Australe (SADC), remplaçant la SADCC, avec pour objectifs de promouvoir la paix, réduire la pauvreté, améliorer le niveau de vie des populations de la région, favoriser des stratégies dans les domaines économiques, entre autres.

Suite à la transition démocratique en Afrique du Sud, qui a porté au pouvoir la majorité noire dirigée par Nelson Mandela, en 1994, et la recherche de relations de bon voisinage, la SADC a élargi son éventail de projets afin de sortir les pays membres du marasme dans lequel ils se trouvaient.

Objectifs de la SADC

Au départ, la non-exécution des programmes adoptés et le manque de synchronisation des politiques nationales et régionales ont entraîné de grandes disparités politiques, conséquence du passé colonial, de la taille du pays, des structures et de certaines ressources économiques de certains États membres, qui, dans une certaine mesure, ont freiné la croissance économique et sociale des États membres de la SADC.

Pour inverser cette tendance, les experts de l'organisation ont suggéré de promouvoir l'industrie locale, en proposant comme stratégie principale la réhabilitation et la croissance des capacités existantes.

Pour les mêmes experts, ce n'est qu'avec le programme d'industrialisation local que l'indépendance économique pourrait être obtenue vis-à-vis des produits étrangers, notamment sud-africains, qui exercent une nette domination sur les marchés des autres pays membres.

Par conséquent, ils ont préconisé que les projets d'industrialisation se concentrent sur la production de biens exceptionnels sur le marché régional, en utilisant des matières premières extraites dans les États membres.

Ils ont également recommandé que la production se concentre sur les produits manufacturés de base qui soutiennent les activités industrielles en cours de développement.

Stratégie et feuille de route d'industrialisation de la SADC (2015 - 2063)

En août 2014, les chefs d'État et de gouvernement de la SADC, réunis à Harare (Zimbabwe), ont examiné et approuvé comme devise du sommet « la stratégie de la SADC vers la transformation économique : exploitation de ressources régionales diversifiées pour un développement économique et social durable ».

Le sommet a réorienté l'industrialisation pour occuper une place centrale dans le programme d'intégration régionale de la SADC et a mandaté un groupe de travail ministériel sur l'intégration économique régionale pour concevoir une stratégie et une feuille de route pour atteindre cet objectif.

La stratégie repose sur la conviction que l'intégration régionale favorisera l'industrialisation.

Il reconnaît que la politique industrielle et sa mise en œuvre seront réalisées au niveau national et que le succès dépend de l'établissement d'un pacte pour l'industrialisation impliquant le gouvernement, le secteur privé, la société civile, les syndicats et les partenaires de développement.

La stratégie et la feuille de route pour l'industrialisation s'inscrivent dans le contexte d'engendrer une transformation économique et technologique majeure au niveau national et régional, dans le cadre d'une intégration régionale plus poussée, pour accélérer le rythme de la croissance et renforcer les avantages comparatifs et compétitifs des économies de la SADC.

Pour ses promoteurs, la stratégie évoquée implique également la poursuite d'un programme visant l'accumulation et l'application des connaissances, des actifs physiques modernes et du capital humain, en particulier des jeunes, ainsi que d'autres capacités.

Elle est également guidée par les stratégies, visions et plans nationaux de développement, le Traité de la SADC, le Plan Stratégique Indicatif Régional de Développement Révisé (RISDP) - 2015-2020, les protocoles de la SADC et plus précisément le Cadre Politique de Développement (PQDI).

La stratégie et la feuille de route pour l'industrialisation de la SADC ont été formulées dans le contexte des politiques nationales et régionales actuelles, ajoutées aux décisions du Sommet des chefs d'État de Victoria Falls, tenu en août 2014, sous le slogan « Stratégie de la SADC vers la transformation économique : Exploitation des ressources régionales diversifiées pour un développement économique et social durable, à travers le bénéfice et la valeur ajoutée».

Priorité à l'économie et à la sécurité

En 2020, le Sommet des chefs d'État et de gouvernement a approuvé la Vision 2050, un ensemble d'intentions et d'objectifs fondés sur trois exigences fondamentales, notamment la paix, la sécurité et la gouvernance démocratique, en vue du développement conjoint de la région dans les 30 prochaines années.

Les trois piliers de cette stratégie sont le développement industriel et l'intégration des marchés, le développement des infrastructures pour soutenir l'intégration régionale et le développement du capital social et humain.

Quant au premier, l'intention est de développer un plan industriel régional, évitant la duplication de grandes industries dans les pays voisins, l'envisageant dans une perspective globale de compétitivité qui profite à tous les États membres.

En effet, outre le besoin individuel d'industrialisation de chaque pays, en vue de son développement économique, il faudra définir où seront installées les grandes industries qui nécessitent des investissements plus importants (sidérurgie, pâte à papier, raffineries, etc.).

En ce qui concerne l'intégration des marchés, qui signifie la réduction des frais de douane dans la commercialisation des biens et services entre les pays membres, la question se pose en termes de temps et de démarches à entreprendre.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X