Afrique: L'ancien président tchadien Hissène Habré emporté par le Covid-19 au Sénégal

HISSENE HABRE
24 Août 2021

La nouvelle est tombée comme un couperet. Hissène Habré est mort. L'information passe en boucle à travers les médias sénégalais depuis la matinée de ce mardi 24 août. L'ancien président tchadien serait emporté par le Covid-19.

L'ancien président du Tchad est décédé, ce mardi 24 août 2021, des suites d'une contamination au coronavirus. Dans un communiqué parvenu à la presse, son épouse confirmait son statut virologique.

Mme Fatimé Raymonne Habré qui toujours était au premier plan dans la défense de son défunt époux contre ses détracteurs, indiquait dans le document que son mari était encore conscient et que des médecins s'étaient mobilisés pour prendre soin de lui.

De même, confie-t-elle, le Président du Sénégal, Macky Sall, aurait immédiatement mobilisé les moyens nécessaires pour la prise en charge de Habré.

A en croire Mme Habré, ce dernier était interné dans un hôpital public sénégalais qui dispose d'un plateau technique de qualité à même de traiter un cas aussi sérieux.

Ainsi, condamné à perpétuité à Dakar par les Chambres extraordinaires africaines, pour crimes contre l'humanité, l'ancien président tchadien avait pu bénéficier d'une sortie de prison de 60 jours, lors de la première vague de Covid.

Cette faveur que lui avait accordée la justice sénégalaise en raison de la pandémie de Covid-19 avait soulevé l'ire de l'organisation des victimes des massacres survenus au Tchad lors du règne de Habré ainsi que les organisations de défense des droits de l'homme.

Ce qui a certainement motivé le refus de lui accorder une deuxième dérogation lors de cette troisième vague qui a causé beaucoup de morts au Sénégal.

Né le 13 août 1942 à Faya-Largeau, renseignent les archives, Hissène Habré, était un homme d'État tchadien, membre du peuple toubou du clan Anakaza.

Il était président de la République du Tchad de 1982 à 1990, à la suite du coup d'État qui renversa Goukouni Oueddei.

Condamné à mort par contumance pour crimes contre l'humanité par un tribunal de N'Djaména, poursuivent les mêmes sources, il se réfugie au Sénégal, puis est inculpé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X