Niger: Raid meurtrier de Boko Haram sur un village réinvesti par d'anciens déplacés

Le président nigérien Mohamed Bazoum accueilli par une foule en liesse à Baroua, le 2 juillet 2021, village miné par les attaques à répétition.

Baroua est le premier village concerné par l'opération retour au village des déplacés internes nigériens. L'attaque a fait 16 morts chez les soldats nigériens et une cinquantaine dans le camp terroriste.

Ce sont les positions de l'armée et de la Garde nationale qui sécurisaient le village de Baroua qui ont été attaquées par plusieurs centaines d'éléments de Boko Haram, selon le communiqué du ministère de la Défense nationale. Bilan : 16 morts côté militaire, 9 autres blessés ; une cinquantaine d'assaillants « neutralisés ». L'information émane du ministre nigérien de la Défense, Alkassoum Indatou, par communiqué. Mardi « aux environs de 01h10 (00h10 GMT), les positions de nos Forces de défense et de sécurité à Baroua, dans la région de Diffa, ont fait l'objet d'une attaque par plusieurs centaines d'éléments de Boko Haram venus par le Lac Tchad », tuant « seize » soldats et en blessant « neuf » autres, indique le communiqué.

En traversant le lac Tchad à pied, à cheval et en pirogue pour attaquer Baroua, les jihadistes de Boko Haram ont subi un revers cuisant, d'où le nombre élevé de morts dans ses rangs, selon un membre de la société civile à Diffa. Les militaires ont réussi à déloger les terroristes qui étaient parvenus à pénétrer dans le village. Une importante quantité d'armes a été récupérée.

Village symbole

Environ 6000 âmes vivent dans le village de Baroua, situé à 3 km du Lac Tchad. Il y a environ deux mois, l'ensemble de la population qui avait fui le village à cause des attaques incessantes de Boko Haram, est retournée vivre dans les rues du village abandonné. C'était la première phase du retour des réfugiés internes dans leur terroir.

Les braves populations de Baroua, qui vivent de la pêche et de l'agriculture, avaient accepté de retourner dans leur village, à conditions, entre autres, qu'elles soit sécurisées.

En s'attaquant à ce village, symbole de la première opération réussie du retour des déplacés, Boko Haram a voulu semer le chaos et décourager d'autres déplacés de retourner dans leur village. 130 000 déplacés internes sont entassés dans des hameaux de fortune, le long de la Nationale 1 et attendent leur retour.

Quant aux réfugiés nigériens, ils sont 123 000. Le rapatriement dans leur pays d'origine prendra fin en décembre de cette année

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X