Centrafrique: La plupart des handicaps suite à des blessures pourraient être évités (ONG)

Accidents de la route, blessures liées aux conflits... L'ONG Humanité et Inclusion (ex-Handicap International) estime que 80% de personnes blessées qui développent un handicap permanent aurait pu être évité.

Humanité et Inclusion déplore que près de 80% des victimes de blessures développent un handicap permanent qui aurait pu être évité. Notamment, faute d'une prise en charge précoce : « Une blessure, par exemple à la jambe, si elle n'est pas prise suffisamment tôt, il y a d'abord le risque qu'il y ait une infection qui se généralise, et que finalement au moment de la prise en charge, une amputation soit nécessaire pour le patient. Et, de fait, l'apparition d'un handicap permanent », explique à Charlotte Cosset, du service Afrique, Vincent Rouvier, le directeur d'Humanité et Inclusion en Centrafrique.

En Centrafrique, l'ONG travaille à Bambari où elle fait de la réadaptation fonctionnelle et physique après des opérations chirurgicales pour que les blessés récupèrent un maximum de leur capacité. Elle réalise aussi une prise en charge psychologique pour les blessés.

Davantage de « blessures par balle ou liées aux violences »

Le manque de suivi post-soin des patients est également un facteur du phénomène. « L'autre situation, est en effet un patient pris en charge suffisamment tôt, mais qui par manque de rééducation suite à sa chirurgie ne récupère pas l'intégralité de sa fonctionnalité et développe un handicap qu'il va garder tout au long de sa vie », rajoute-t-il.

Parmi les causes principales des blessures, on retrouve les accidents de la route. « Mais on voit maintenant arriver plus de blessures par balle ou des blessures liées aux violences », constate M. Rouvier.

Depuis le mois d'octobre, l'ONG a pris en charge environ 1 000 personnes. Un chiffre « important », se félicite le directeur qui précise que les patients viennent soit de Bambari, soit des villes alentours lorsqu'ils sont orientés par les autres infrastructures sanitaires.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X