Centrafrique: L'OIM au secours des sinistrés du village de Bossongo Café

Après les inondations, soixante-onze ménages ont reçu une assistance en matériels essentiels de ménage de la part de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), à travers son partenaire d'exécution d'activités Collectif pour la paix en Centrafrique (CPCA).

Dans le village de Bossongo Café, à 55 km de Bangui axe Mbaïki, les habitants ont été victimes d'inondations à la suite du manque d'un système de canalisation et d'évacuation d'eau dans le village. Le 25 août, soixante-onze ménages ont reçu une assistance en matériel essentiel. Le kit est composé d'un seau de quinze litres et d'un bidon d'eau de vingt-cinq litres, de savon, d'une moustiquaire, d'une natte, d'une couverture, d'ustensiles de cuisine et d'une bâche. La distribution de ce matériel a été précédée d'une séance de sensibilisation au respect des mesures barrières à la pandémie de covid-19 et la remise d'un kit de protection.

Sephora Bagaza, l'une des victimes de ces incidents, ne cache pas son soulagement à la suite de la réception de ce kit et insiste pour qu'une solution durable soit trouvée à ces problèmes d'inondations dans la localité. Elle appelle le gouvernement à la construction de canaux dans le village pour évacuer les eaux. « Nos plaintes ont été prises en compte par l'OIM et c'est pourquoi les sinistrés de mon village ont été assistés ce jour. Nous sommes reconnaissants de ce geste », a déclaré Ludovic Limpo, le chef du village. À partir du moment où tous les besoins de ces victimes ne sont pas encore couverts, ce dernier lance l'appel au gouvernement afin de leur venir en aide.

L'OIM a pour mission d'assister et appuyer les différents gouvernements dans la promotion des migrations régulières et ordonnées. Dans le contexte où la Centrafrique est marquée le plus souvent par les mouvements de la population du fait des violences armées et des catastrophes naturelles, elle apporte son soutien aux ménages victimes des conséquences de ces incidents.

« Lorsque le déplacement d'une population est forcé par une catastrophe naturelle comme une inondation, celle-ci est exposée à une grande vulnérabilité. Il en a été malheureusement et récemment le cas pour une partie des habitants du village de Bossongo Café qui ont perdu leurs abris et des matériels essentiels aux ménages », a déclaré Daniele Viviani ; coordonnateur des urgences de l'OIM en Centrafrique. « L'assistance fournie à ces familles vise à améliorer leurs conditions. C'est une réponse d'urgence réalisée avec le soutien du Bureau de USAID pour l'assistance humanitaire », a-t-il ajouté.

Le 18 juillet dernier, le village de Bossongo Café a enregistré de pluies diluviennes à l'origine des inondations dans plusieurs parties de la localité. Plus de soixante-dix cases se sont écroulées du fait de cette inondation et de nombreux biens indispensables à la vie en famille ont été détruits et perdus. Depuis la date de ces événements, les victimes n'avaient pas encore reçu d'aide. Le village est souvent frappé par ces cas d'inondation.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X