Afrique: Forum Chine-Afrique sur l'innovation numérique - Yankhoba Diatara salue l'apport chinois au Sénégal et sur le continent

28 Août 2021

Le ministre sénégalais de l'Economie numérique et des télécommunications Yankhoba Diatara a pris part par visioconference, le 24 Août dernier, au Forum sur le développement et la coopération d'Internet Chine-Afrique qui a vu la participation de nombreux autres responsables ministériels en charge du numérique et des télécommunications des pays africains de la Commission de l'Union africaine, des ambassadeurs africains en Chine.

À cette occasion, il a souligné que l'appui et l'apport de la Chine dans le secteur du numérique et la lutte contre la Cybercriminalité ont fortement contribué à hisser le Sénégal sur les cimes de l'innovation et de la sécurité sur le Continent.

En rappelant que la sécurité numérique est une priorité de l'action gouvernementale du Sénégal compte tenu du taux de pénétration des services Internet estimé à 90,71% avec un parc de 15 154 400 abonnés (Rapport Artp 31 mars 2021) et que le Sénégal est placé au 18ème rang dans le classement africain du Global Cybersecurity Index 2020, le ministre de l'économie numérique et des télécommunications a ainsi indiqué que si tous ces résultats ont été possibles, c'est grâce au partenariat et à la coopération de premier plan que le. Sénégal entretient avec la Chine.

"Il n'est point besoin de rappeler ici que l'appui et l'apport de la Chine dans le secteur du numérique et la lutte contre la Cybercriminalité ont fortement contribué à hisser le Sénégal sur les cimes de l'innovation et de la sécurité sur le Continent. Le Projet Smart Sénégal, avec la réalisation du Datacenter national de Diamniadio, les Espaces Sénégal Services, etc, en est un exemple concret. Bref, dans le secteur du numérique tout autant que dans la coopération internationale, la Chine est devenue un des premiers partenaires économique et commercial du Sénégal" a-t-il souligné.

Le ministre Yankhoba Diatara a fait comprendre à cette circonstance que ce Forum est une occasion privilégiée pour magnifier l'excellence des relations entre la Chine et le Sénégal dans plusieurs secteurs de notre économie nationale. "S'il y'a une chose qui caracterise l'économie numérique, c'est sa vitesse de croissance et sa dynamique d'innovation.

L'utilisation des Technologies de l'Information et de la Communication est primordiale pour atteindre les objectifs de développement durable, fixés par les Nations-unies" dira -t-il. Il a tenu à rappeler que l'Etat du Sénégal, par la vision de son excellence le président de la République Macky Sall et à travers mon département ministériel, est en train de mettre en œuvre la Stratégie nationale Sénégal numérique 2025 communément appelée SN2025, arrimée au Plan Sénégal Emergent (Pse) qui promeut une réforme structurelle de l'Economie Nationale.

"La SN2025 reflète la forte volonté du Gouvernement d'accélérer la transformation digitale du pays à l'horizon 2025 à travers la mise en œuvre de sa vision. En 2025, le numérique pour tous et pour tous les usages au Sénégal avec un secteur privé dynamique et innovant dans un écosystème performant » a-t-il annoncé. De ce point de vue, "cette strategie s'articule autour de trois (3) prérequis fondamentaux et quatre (04) axes stratégiques.Parmi ces prérequis, figure la confiance numérique avec comme objectif clé de renforcer la cybersécurité nationale et d'en assurer la coordination des interventions. Chers participants, les questions liées à la cybersecurite nous interpellent tous.

A cet égard, elles sont devenues plus d'actualité en cette période particulière de pandémie à Covid-19, où le numérique reste un outil de communication essentiel pour les personnes et les communautés touchées ou exposées quels que soient leur statut, leur situation sociale ou leur position géographique" a-t-il éclairé.

Sécuriser les investissements dans le cyberespace

Le ministre de l'économie numérique et des télécommunications est d'avis que dans ce contexte de crise sanitaire où l'outil informatique, fortement sollicité, demeure indispensable voire incontournable pour assurer la continuité de l'activité économique et des services, il est noté une recrudescence des actes cybercriminels, marquée notamment par des attaques ciblant les systèmes sanitaires, les systèmes bancaires, des actes d'hameçonnage, de vol de données, de diffusion de « fake news », de pédopornographie et de cyber espionnage.

"A cet effet, nos Etats deviennent davantage exposés.Ainsi, pour capitaliser tous les effets bénéfiques des innovations technologiques du secteur du numérique, les investissements ont besoin d'être couverts, libres et sécurisés dans le cyberespace. C'est dans ce sens que notre pays a validé, en novembre 2017, la stratégie nationale de cybersécurité du Sénégal « SNC2022 ». Ce document qui ambitionne de réaliser « au Sénégal, un cyberespace de confiance, sécurisé et résilient pour tous à l'horizon 2022 » a-t-il partagé. Mais aussi, "il se veut, entre autres défis, la promotion d'une culture généralisée de la cybersécurité, avec comme objectif de « sensibiliser tous les groupes concernés ainsi que le grand public sur les risques de sécurité dans le cyberespace.

Par ailleurs, le Sénégal a entamé l'actualisation de ses lois de 2008 (Lois sur la société de l'Information (LOSI), relatives aux transactions électroniques, la cybercriminalité, la cryptologie, la protection des données à caractère personnel, pour une meilleure adaptation au contexte national et international" indiquera le ministre Yankhoba Diatara. En termes de perspectives, a-t-il poursuivi :"nous comptons accélérer la mise en œuvre des projets prioritaires de notre stratégie nationale de cybersécurité, finaliser notre cadre juridique des TIC et poursuivre nos efforts dans le cadre du renforcement de notre coopération internationale" complétera Yankhoba Diatara.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X