Sénégal: Diourbel - Formation sur la transformation des fruits et légumes - Émergence au féminin «qualifie» ses actrices

Une vingtaine de femmes membres du groupement Emergence au féminin dirigé par Mme Fatou Diane Guèye, coordonnateur national du Promise (Programme de micro finance islamique au Sénégal) ont été formées pendant 5 jours sur la transformation des fruits et légumes grâce au 3 FPT (Fonds de financement de la formation professionnelle et technique). Cette formation vise à renforcer les capacités des femmes en vue de se formaliser pour pouvoir accéder aux mécanismes de financements mis en œuvre par l'Etat.

La cérémonie de remise des diplômes aux femmes du groupement Emergence au féminin s'est déroulée hier, vendredi, à Keur Gnou jigen de Diourbel. Il s'agit d'une formation de 5 jours qui vise à renforcer les capacités de 20 femmes de l'Emergence au féminin dans les 9 domaines de compétence de la transformation des fruits et légumes. La transformation des fruits et légumes produit des marmelades, des sirops de bissap, de confiture de bissap, de sirop de tamarin, de gingembre.

La formation a été sanctionnée par une attestation de diplôme qui pourrait leur permettre de se formaliser. Monsieur Souleymane Sow, agent technique du Gie groupement de Cheikh Abdoulahat explique : « Nous avons formé les femmes sur les 8 compétences des fruits et légumes. Nous le faisons pour renforcer la capacité du groupement de Keur jigen Gni de Mme Fatou Diane Guèye. Ce qui est important, c'est de leur permettre d'avoir un travail.

Apres la formation, on les prie de continuer à travailler, de produire le maximum pour avoir un gain et la possibilité de se formaliser. On leur donne des attestations de fin de formation pour qu'elles puissent les déposer à la Chambre de métiers en vue de disposer d'une carte professionnelle pour pouvoir être enrôlées dans le répertoire de métiers et la qualification professionnelle ».

Et il poursuit : « cette formation permet aux femmes d'avoir du travail, de consommer sénégalais et de transformer les produits en abondance dans le marché qui finissent par être rejetés. Donc, elles ont la possibilité de transformer ces produits et de les revendre à leur guise ». Des opportunités et des mécanismes de financement ont été mis en place par l'Etat pour accompagner la formation professionnelle. Il s'agit selon Monsieur Sow de la délégation de l'entreprenariat rapide, du FONGIP, de l'ADPME, de la Micro finance islamique et de l'ANPJ qui sont prêts à les financer.

Les femmes bénéficiaires de cette formation déclarent être soulagées. « Cette formation nous a aidés à bien conserver nos produits. On achetait d'habitude des fruits et légumes qui pourrissaient souvent. On nous a appris comment conserver nos légumes et nos fruits, comment fabriquer des sirops et des jus de fruits », a déclaré Mme Diaba Guèye, la trésorière du complexe Emergence au féminin. Notre idole, Mme Fatou Diane Guèye, est économiste et elle nous a appris comment avoir un financement, comment se former et comment avoir une qualification ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X