Mali: 527 civils tués en trois mois, selon l'Onu

Une femme et sa fille passent devant les restes de maisons détruites lors de l'attaque de mars 2019 du village d'Ogossagou par des hommes armés Dogon, au cours de laquelle plus de 150 civils ont été tués.

Dans un rapport, la Minusma note que ces violences contre les civils ont augmenté de 25% en trois mois. A Bamako, ce rapport est diversement accueilli.

25% d'augmentation dans les violations des droits de l'homme contre les civils entre le 1er avril et le 30 juin 2021. Ce sont les conclusions du rapport trimestriel de la mission de l'Onu au Mali publié lundi (30.08). Le nombre de personnes tuées dans le pays a aussi grimpé de 49% par rapport au trimestre précédent. Les cercles du centre du Mali demeurent l'épicentre des violences dans le pays.

Le rapport révèle aussi des exactions qui seraient commises par les forces armées maliennes et les forces internationales, notamment la force conjointe du G5 Sahel.

Multiplication des foyers de tension

La note des enquêteurs de la division des droits de l'homme de la Minusma met l'accent sur la multiplication des foyers de tensions dans le pays avec désormais le sud, avec des localités comme Koutiala, Sikasso ainsi que le long de la frontière avec le Burkina Faso qui sont sous la menace des groupes terroristes. Au moins 527 personnes ont été tuées, blessées, enlevées ou portées disparues. Des violences qui seraient causées par les groupes terroristes, le GSIM lié à Aqmi ou la branche sahélienne du groupe Etat islamique dans la majorité des cas.

Selon Drissa Traoré, coordinateur national du projet conjoint association malienne des droits de l'homme (AMDH) et fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), " Il faut reconnaitre que ce travail de la division des droits de l'homme de la Minusma est important. Car aujourd'hui, rares sont les acteurs qui ont accès à un certain nombre de terrains pour pouvoir documenter ces violations graves des droits de l'homme. Si ces violations sont sous documentées et ne sont pas du tout documentées, il y a une forte chance que les victimes soient oubliées. Déjà même avec la documentation de ces violations, il y a moins d'actions judiciaires qui vont dans le sens de lutter contre l'impunité".

L'armée malienne indexée

Le rapport onusien pointe la responsabilité des militaires maliens dans 46 cas de violences dirigées contre les civils, soit une augmentation de 9% par rapport au premier trimestre 2021. Le collectif des membres du Conseil national de la transition (CNT) dénonce un complot de la communauté internationale, pour "déstabiliser le Mali".

Aboubacar Sidick Fomba, membre du CNT interroge : "Comment se fait-il que les forces Barkhane et onusiennes parviennent à identifier les civils terroristes des civils non terroristes ? Et comment au même moment les personnes tuées par les forces Barkhane et onusiennes sont des terroristes, mais les mêmes personnes tuées par l'armée malienne sont non terroristes ? Les ONG qui sont sur le terrain et qui donnent des informations sont financées par qui ? Comment ces ONG donnent des informations ? Comment elles sont protégées pour aller à la recherche de ces renseignements ? Je considère ce rapport comme un non-évènement."

Le rapport des enquêteurs de l'Onu n'épargne pas les chasseurs traditionnels dozos qui se seraient rendus coupables de 157 cas de violences à travers des assassinats ou des enlèvements contre rançon. Les groupes armés signataires de l'accord pour la paix et la réconciliation seraient également impliqués dans au moins 6 cas de violences.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X