Tanzanie: L'opposant Freeman Mbowe a comparu pour terrorisme

(Photo archive)Un tribunal de Dar es-Salaam a déclaré le président de Chadema, Freeman Mbowe, et huit autres coaccusés coupables de complot en vue de commettre des infractions, de rassemblement illégal, d'émeute après proclamation, de mécontentement et de malveillance à des fins illégales, de sédition et d'incitation à la commission d'infractions

En Tanzanie, Freeman Mbowe a comparu mardi 31 août devant la la Haute cour de justice de Dar es Salam. Le leader de Chadema, le principal parti d'opposition du pays, est poursuivi pour terrorisme. Mais pour l'opposition tanzanienne et certaines organisations de défense des droits de l'homme, ce procès est politique.

Ils étaient plusieurs, les leaders de l'opposition à venir soutenir Freeman Mbowe lors de l'audience. Sur des images diffusées par le média en ligne du parti, Chadema Digital, on peut voir, James Mbatia, président du parti NCCR Mageuzi ou encore Zitto Kabwe, de l'Alliance pour le changement et la transparence. Des représentants des ambassades britannique et américaine étaient également présents.

Freeman Mbowe a été arrêté le 21 juillet, avec plusieurs membres de son parti, dans la ville de Mwanza, à l'ouest du pays. Il s'apprêtait alors à organiser un rassemblement pour demander une réforme constitutionnelle.

Freeman Mbowe est accusé de « financement du terrorisme et de complot » pour des faits qui remontent à l'année dernière. Il est soupçonné d'avoir planifié l'agression d'un fonctionnaire et financé à hauteur de 600 000 shillings (environ 220 euros) des attaques contre des stations service et des rassemblements publics.

Pour les cadres de Chadema, ce procès est politique. Ils dénoncent une dérive du pouvoir et accusent la nouvelle présidente Samia Suluhu de renouer avec les méthodes de son prédécesseur John Magufuli, surnommé « le bulldozer » pour ses méthodes musclées.

Sur Chadema Digital, l'avocat de Freeman Mbowe explique avoir déposé une plainte contre la Cour. Il estime que la division devant laquelle a comparu Freeman Mbowe n'est pas compétente en matière de terrorisme. La Haute cour doit se prononcer aujourd'hui sur cette question.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X