Cote d'Ivoire: Formation professionnelle - Le numérique un levier puissant de développement

En Côte d'Ivoire, 77,3 % de la population à moins de 35 ans (selon le rapport portant sur « La politique nationale de la jeunesse et les stratégies ») et la croissance démographique évolue de manière constante de 2,5% depuis 2013 (selon la Banque Mondiale).

Ces taux représentent une opportunité pour le pays en tant que ressource car, si bien outillée, elle pourra soutenir la productivité économique et accompagner une transformation sociale et industrielle équitable.

Pour ce faire, le système éducatif doit être adapté afin de permettre à cette jeunesse de disposer de meilleures compétences et connaissances. Les états généraux de l'Education nationale et de l'Alphabétisation qui ont débuté le 19 juillet 2021, portés par la ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mme Mariatou Koné, vont dans ce sens. Ces états généraux ont pour objectif d'ouvrir un cadre de réflexion pour permettre à la Côte d'Ivoire d'aboutir à un système éducatif plus performant.

Parmi les enjeux cruciaux, la formation professionnelle occupe une place de choix. La Côte d'Ivoire doit former des ressources humaines de qualité et productives en adéquation avec les besoins du marché de l'emploi.

Le ministre de l'Enseignement technique, de la Formation professionnelle et l'Apprentissage, Koffi N'Guessan et ses équipes sont engagés afin de favoriser un apprentissage permettant une intégration rapide des diplômés sur le marché du travail. Réussir la formation professionnelle pour les jeunes, c'est les rapprocher de l'emploi et leur assurer une insertion professionnelle durable.

Les formations professionnelles sont un outil de lutte efficace contre le chômage et l'emploi précaire. Car elles permettent aux étudiants d'avoir accès à des connaissances applicables directement dans le monde du travail et en phase avec les demandes des entreprises.

Des initiatives innovantes mettant en lien le monde professionnel et le monde académique sont primordiales. D'ailleurs, il est nécessaire qu'elles soient adaptées aux besoins et évolutions de nos sociétés.

A l'heure du numérique, et quand on sait que les compétences digitales devraient générer environ 230 millions d'emplois en Afrique subsaharienne d'ici à 2030 (selon une étude co-publiée par la Sfi et le cabinet L.E.K Consulting), des initiatives aussi bien publiques que privées telles que le Master de Data science à l'Inp-Hb, mais également l'école du code où les formations aux métiers du numérique d'Orange Côte d'Ivoire sont à saluer.

Ces différentes formations proposées, notamment celles de l'école du code (développement d'applications web et mobile, programmation, design d'interface) permettent de rendre opérationnels les apprenants, les préparant à répondre aux attentes futures des employeurs.

En effet, les formations professionnelles doivent permettre, en plus d'apprendre un métier, de développer des compétences en matière de gestion d'entreprise et des Soft skills comme la prise de parole en public, le sens du relationnel.

Offrir la possibilité aux jeunes d'accéder à ces compétences et connaissances, c'est leur donner le choix dans la construction de leur parcours professionnel. Ces initiatives sont également un moyen de favoriser l'entrepreneuriat des jeunes, levier de croissance majeur pour la Côte d'Ivoire.

Tout comme le système de formation général doit être couplé avec un système de formation professionnelle performant, la promotion de l'entrepreneuriat doit également se faire de concert avec la formation d'un capital humain capable de combler la demande en main d'œuvre des entreprises ivoiriennes et de la sous-région.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X