Cote d'Ivoire: Scandale sur NCI - Le CNDH exhorte la HACA à prendre des "mesures idoines". La réaction des ministres Nassénéba Touré et Belmonde Dogo

Capture d'écran de l'émission de NCI qui suscite la polémique.

Suite au scandale crée par l'animateur Yes de M'Bella sur la chaîne de la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI) au cours de l'émission « La télé d'ici vacance », dont il est l'animateur, la réaction du Conseil national des droits de l'homme (Cndh) scandalisé ne s'est pas fait attendre. Tout comme celles de nombreuses personnalités parmi lesquelles les ministres Nassénéba Touré Diané et Myss Belmonde Dogo.

"Le lundi 30 août 2021, l'animateur Yves De M'Bella de la chaîne de la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI) au cours de l'émission qu'il anime « La télé d'ici vacance », a mis sur scène Monsieur Kader Abdoul CHERIF, un ancien pensionnaire de la MACA reconnu pour être un violeur, dans le but selon lui de simuler le viol, objet de sa dernière condamnation.

Cette scène, qu'il a plu à la Direction Générale de NCI de présenter comme pièce de sensibilisation contre le viol, est apparu aux yeux de la plupart des citoyens d'ici et d'ailleurs, ainsi qu'il ressort d'ailleurs des commentaires subséquents, comme un acte contre nature, rébarbatif et moralement agressif.

Je note, comme d'ailleurs l'ensemble de mes compatriotes, qu'une telle façon d'éduquer les masses sur les chaines de télévision, outrage la morale publique et bafoue les mœurs de notre société dans laquelle l'intimité notamment celle de la femme reste sacrée.

Ainsi, au regard de la gravité de la situation, et du constat que l'émission de Monsieur Yves De M'Bella, qui n'en est pas à son premier forfait, fait plus de tort que de biens à la société, j'encourage la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) à prendre des mesures idoines à l'effet de mettre fin à cette dérive morale dans le milieu de la communication audiovisuelle, instrument d'éducation des masses.

Je salue par ailleurs la prompte réaction de la Direction Générale de la télévision NCI dont l'émission est en cause et l'encourage à aller au-delà des simples mesures conservatoires qu'elle a prises en améliorant ou en supprimant ladite émission.". Telle est la réaction de la présidente du Conseil national des droits de l'homme, Mme Namizata Sangaré.

« Engagée pour le bien-être et la promotion de la femme, je partage la douleur indicible des victimes de viol et surtout celles qui ont revécu ce traumatisme suite à l'émission « LA TÉLÉ D'ICI Vacances » de ce lundi 30 Août 2021 sur le sujet. Une émission diffusée sur NCI. Je condamne fermement ces actes ignobles et ces propos de l'invité et de l'animateur, qui viennent saper les efforts du gouvernement, des ONG et de ces anonymes, dans la politique d'éradication de ce fléau qui gâche la vie de milliers de femmes et de filles. Je tiens à exprimer ma solidarité à toutes celles qui ont vu leurs blessures rouvertes et qui ont également revu leur bourreau. Courage à vous chères sœurs. De cœur avec vous !!! Le viol demeure un crime et non un sujet de cirque!!! ». Ecrit la ministre Nassénéba Touré, Ministre de la femme, de la famille et de l'enfant sur sa page officielle Facebook.

Dans un tweet, sa collègue, Myss Belmonde Dogo, Ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté condamnant l'émission écrit : « Le viol n'est pas un acte d'amour mais un crime. Un viol reste et demeure un viol, vous portez des plaies invisibles qui refusent de cicatriser. Ce soir j 'ai une pensée pour toutes les victimes de viol.

Le viol n'est pas un acte d'amour mais un crime. Un viol reste et demeure un viol, vous portez des plaies invisibles qui refusent de cicatriser.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X