Ouganda: La ville de Masaka secouée par des meurtres en série

Une satation service de la ville de Massaka.

Depuis le mois de juillet, au moins 28 personnes ont été tuées à la machette par des criminels dans la ville de Masaka et le district de Lwengo, un bastion de l'opposition dans le centre du pays.

Les victimes seraient essentiellement des personnes âgées, selon la police, qui dit avoir arrêté 30 suspects. Aucun mobile n'a pour l'instant été donné. Les dernières attaques de ce genre remontent à trois ans, et aujourd'hui comme hier, la colère ne faiblit pas.

Depuis fin août, des Ougandais manifestent pour réclamer justice pour les victimes de cette nouvelle série de meurtres sous le slogan « Masaka Lives Matter » (« les vies des habitants de Masaka comptent »).

C'est ce message que l'opposante Stella Nyanzi a voulu exprimer jeudi lors de l'un de ces rassemblements. Des critiques contre l'inaction de la police qui semblent ne pas plaire : à son retour à son domicile, Nyanzi a trouvé des dizaines de policiers chez elle.

« Je ne comprends pas pourquoi des hommes armés de Kalachnikov, de bâtons et de bombes lacrymogènes sont entrés chez moi, ils avaient même de gros chiens. Je leur ai dit : "regardez, les résidents de Masaka sont fatigués de voir ces meurtriers brandissant des machettes et que vous ne réagissiez pas. Si vraiment vous voulez montrer votre efficacité, allez arrêter les meurtriers des innocents Ougandais, il n'y a personne à arrêter dans la maison de mes parents". »

Une trentaine de suspects ont été interpellés, mais cela n'a pas arrêté les meurtres. La police reproche aux habitants leur manque de coopération. Les autorités estiment que ces crimes seraient planifiés.

Mardi, le président ougandais Yoweri Museveni a laissé entendre que les donneurs d'ordres seraient des rebelles ADF en République démocratique du Congo. Museveni a d'ailleurs sollicité l'aide des autorités congolaises pour retrouver les responsables.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X