Gambie: Présidentielle - Alliance entre le parti au pouvoir et celui de l'ex-dictateur Jammeh

Construction d'une Alliance entre les partis de Adama Barrow et Yaya Jammeh

En Gambie, deux anciens ennemis se rapprochent. Le parti au pouvoir du président Adama Barrow a signé une alliance, dimanche 5 septembre, avec celui de l'ancien dictateur Yahya Jammeh. C'est ce qu'a confirmé un proche de l'ancien président. Cette alliance intervient à trois mois du scrutin présidentiel de décembre et jette un doute sur la volonté de poursuivre l'ex-dirigeant pour des violations présumées des droits de l'homme.

Parmi les points d'accord figure le retour de Yahya Jammeh à Banjul. C'est l'une des conditions évoquées, dimanche, par le parti de l'ancien président pour garantir son soutien à la formation politique d'Adama Barrow lors de la présidentielle du 4 décembre prochain.

Tous les détails de cet accord ne sont pas encore connus, mais pour Fabakary Tombong Jatta, secrétaire général du parti APRC de Yahya Jammeh, l'objectif est d'assurer que l'ex-chef de l'État « revienne dans le pays de manière pacifique et dans la dignité ».

Cette alliance a toutefois créé une onde de choc parmi les Gambiens. « C'est une déception, voire une trahison », ont tout de suite réagi les associations de défense des droits de l'homme. Pour elles, Yahya Jammeh est celui qui a fait régner un climat de terreur en Gambie pendant 22 ans.

D'après les sondages, 73 % de la population réclame des poursuites judiciaires contre les auteurs de crimes commis sous son règne. Les Gambiens attendent, avec impatience, les conclusions d'une commission d'enquête, déjà repoussées à plusieurs reprises, pour poursuivre l'ex-chef de l'État. La crainte, c'est que cette nouvelle alliance entre le parti APRC et le Parti national des peuples (NPP) d'Adama Barrow, risque d'enterrer les travaux de la commission sine die.

En Gambie, on a aussi du mal à comprendre pourquoi Adama Barrow se lie au parti de son ancien ennemi qu'il a chassé du pouvoir en 2017. Pour les observateurs, la réponse serait à chercher dans le scrutin du 4 décembre prochain, que Barrow entend bien remporter.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X