Sahara Occidental: CARASO - Plus de 500 Sahraouis portés disparus

Paris — Le président du Comité Action et Réflexion pour l'Avenir du Sahara Occidental (CARASO), Nadjem Sidi, a indiqué que plus de 500 Sahraouis, enlevés par les autorités marocaines, étaient toujours portés disparus.

"Les disparitions forcées se sont multipliées entre 1975 et 1990 et depuis plus de 500 Sahraouis, enlevés par les autorités marocaines, sont toujours portés disparus", a-t-il précisé lors d'un rassemblement de solidarité organisé récemment à la Place Stalingrad à Paris par la Coordination des victimes des disparitions forcées de concert avec plusieurs associations françaises, à l'occasion de la Journée internationale des victimes des disparitions forcées, célébrée le 30 août de chaque année.

Nadjem Sidi a relevé la découverte de fosses communes au Sahara occidental au cours des dernières années, notamment près des prisons et des casernes militaires. Des fosses contenant des cadavres de civils adultes et d'enfants, ce qui confirme que certaines informations fournies par l'Etat marocain aux organisations internationales, sont inexactes.

Le même responsable a affirmé que durant la période coloniale espagnole, les opérations de disparitions forcées des civils sahraouis étaient une pratique courante, particulièrement après la période de disparition du leader et penseur sahraoui Sidi Mohamed Bassiri qui a été kidnappé le 18 juin 1970 à Al-Ayoune, capitale du Sahara occidental, lors de l'Intifada pacifique et historique de Zemla sous la colonisation espagnole à l'époque.

Le rassemblement de la Place Stalingrad, vise à faire montre de solidarité avec les personnes enlevées et leurs familles, en réclamant la divulgation de leur sort, conformément aux traités internationaux pertinents.

Ce rassemblement de solidarité a vu la participation de nombre de victimes d'enlèvement. Ismail, membre de l'Organisation CARASO, a évoqué les cas de la disparition forcée au Sahara occidental, citant l'exemple de son oncle, porté disparu depuis 1999.

Dans son intervention, le président du CARASO a mis en évidence les pratiques de l'occupation marocaine au Sahara occidental, notamment le blocus, la torture et la répression dans le cadre d'une politique pratique, incarnée dans le cas de Sultana Khaya et du blocus imposé au domicile de sa famille depuis plusieurs mois.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X