Gambie: Les conséquences de l'alliance entre le NPP et l'APRC de Yahya Jammeh

Construction d'une Alliance entre les partis de Adama Barrow et Yaya Jammeh

En Gambie, quelles seront les conséquences d'un rapprochement entre le président Adama Barrow et son ancien adversaire Yahya Jammeh ? L'alliance entre le NPP et l'APRC annoncé ce weekend est dans le viseur des associations de défense des droits de l'homme.

Elles craignent que ce rapprochement remette en cause la volonté du gouvernement de poursuivre l'ex-dirigeant pour des violations présumées des droits de l'homme.

Le secrétaire général de l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC), le parti de Yahya Jammeh, se félicite de l'annonce de l'alliance avec le Parti national du peuple (NPP). En cas de réélection du président Adama Barrow, l'APRC demande que les conclusions de la commission Vérité, réconciliation et réparations soient jetées à la poubelle. Cette commission d'enquête chargée de faire la lumière sur les crimes commis sous l'ère Jammeh est censée être bouclée fin septembre après deux ans et demi de travaux avant d'éventuelles poursuites contre l'ancien président. Le rapport est très attendu.

Le rapport remis en cause

La société civile est vent debout. Elle attendait les conclusions de cette commission pour déclencher la machine judiciaire contre l'ex-chef de l'État. Sans nier les inquiétudes, Seedy Njie, le porte-parole adjoint du parti au pouvoir, le NPP, a défendu jeudi 8 septembre l'alliance avec le parti de Yahya Jammeh, motivé selon lui par le désir de la réconciliation nationale.

Mais le rapport attendu de la commission d'enquête n'aura aucune validité, dit-il, parce que son auteur est un candidat de l'opposition : « Beaucoup de Gambiens sont inquiets par la candidature du procureur Essa Faal aux élections du 4 décembre. Cette candidature met en cause les travaux de la commission. Donc, ce serait incompréhensible pour quiconque de suggérer que le procureur rende des conclusions censées réconcilier le peuple gambien alors qu'il est un opposant au président. Donc, une majorité des Gambiens ont conclu que le rapport d'Essa Faal sera biaisé et politisé ».

Le procureur de la commission Essa Faal doit livrer son rapport le 30 septembre. Cela lui laissera ensuite deux mois pour faire campagne avant le scrutin du 4 décembre.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X