Congo-Kinshasa: Barrage de Busanga en RDC - Des villageois expulsés attendent toujours réparation

En RDC, le réseau Mwangaza, collectif d'organisation de la société civile dans le secteur de l'énergie, monte au créneau. À deux mois de l'inauguration de la centrale hydroélectrique de Busanga, dans le sud de la région du Katanga plus de mille personnes, qui ont été expropriés de leurs maisons par la société chinoise Sicohydro, attendent toujours d'être indemnisées.

Depuis une année, les habitants des trois villages riverains de la centrale hydroélectrique de Busanga sont sans abris. Leurs maisons ont été détruite au profit du barrage et leurs champs ont été inondés par les eaux du bassin de retenu de la centrale.

Une habitante déplacée Machozi Alphonsine témoigne des conditions de vie depuis un an : « Nos villages ont été détruit par ceux qui construisent le barrage. Nous nous sommes réfugiés ici en brousse. Nous y avions construit des huttes. Malheureusement, nous sommes doublement victime parce que désormais nous subissons des inondations. Ou pouvons-nous aller ? »

Les revendications de ces communautés ne sont entendues ni par l'État congolais ni par la société Sicohydro, initiateurs du projet. Les travaux du barrage touchent bientôt à leur fin mais les organisations de la société civile qui accompagnent les victimes sont fermes. Elles exigent le règlement du litige.

« Les victimes n'ont jamais été indemnisé et en plus elles vivent désormais en zones inondables. Les traces des dégâts risquent de disparaitre. Ces communautés doivent pouvoir exercer leurs droits de recours avec des preuves. Donc, il n'y aura pas d'inauguration sans indemnisation de ces communautés », prévient Me Freddy Kasongo, membre du réseau Mwangaza.

Pour l'heure, les multiples missions menées par le gouvernement provincial du Lualaba pour évaluer les indemnités des victimes n'ont donné aucun résultat.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X