Seychelles: Le président des Seychelles demande à la commission anticorruption de renforcer la lutte contre la corruption

Le président Wavel Ramkalawan a déclaré vendredi qu'il était important de prendre des mesures pour lutter contre la corruption dans la nation insulaire alors qu'il nommait les membres du conseil consultatif de la Commission anti-corruption.

Le nouveau conseil consultatif, qui remplace l'ancien conseil d'administration de la Commission anti-corruption des Seychelles (ACCS), est composé du comptable Bernard Pool en tant que président et de trois autres membres : Angélique Antat, Damien Thésée et Diane Azemia.

Le conseil supervisera la politique administrative de la Commission et examinera également les dispositions de la loi pour la prévention de la corruption et fera des recommandations au président pour une mise en œuvre efficace.

Lors d'une petite cérémonie à State House, M. Ramkalawan s'est adressé au conseil ainsi qu'au directeur général de l'ACCS, May De Silva, et les ont exhortés à intensifier et à prendre les mesures nécessaires pour dissuader les actes de corruption aux Seychelles.

« Le peuple seychellois a de grandes attentes et certains restent déçus par l'absence de progrès concrets. La Commission et le conseil doivent travailler pour aider à récupérer l'argent perdu à cause des pratiques de corruption, ce qui contribuera à améliorer le niveau de vie aux Seychelles, " a déclaré M. Ramkalawan.

Le président a également appelé ceux qui ont tiré profit de la corruption à se manifester et à redonner aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, pour aider à améliorer la santé et l'éducation dans le pays.

De son côté, Bernard Pool, le président a déclaré qu'"en tant que conseil consultatif, nous n'interférerons pas avec le travail de la commission, mais contribuerons plutôt en lui donnant les outils administratifs et juridiques nécessaires à l'exercice de ses fonctions".

Les quatre membres du conseil ont été sélectionnés après un processus d'entretien approfondi et le président a déclaré qu'il avait postulé pour le poste car, avec sa formation en comptabilité, il peut offrir beaucoup à la Commission.

"Je travaille dans le domaine depuis longtemps et maintenant en tant que retraité, je sens que j'ai quelque chose à redonner", a ajouté M. Pool.

Le conseil consultatif remplace le conseil d'administration de l'ACCS, qui a été formé en 2016 et dirigé par le juge Duncan Gaswaga. Ils étaient chargés de nommer les commissaires du conseil.

La restructuration de l'ACCS a été annoncée par M. Ramkalawan plus tôt cette année, où il a donné à la Commission jusqu'à la fin de l'année pour produire des résultats ou il fermera la Commission.

Mme. De Silva a déclaré qu'il y avait beaucoup de travail en cours à la Commission et que le personnel est entièrement concentré sur les tâches à accomplir.

"Nous comprenons que le public a des attentes élevées, mais nous devons également nous assurer que nous soumettons des affaires appropriées avec de nombreuses preuves au tribunal. Nous savons que nous remplissons notre mandat et bientôt le public verra des gens commencer à comparaître devant le tribunal pour corruption," elle a ajouté.

L'ACCS a été créé en vertu de la loi anti-corruption de 2016, qui lui confère le pouvoir d'enquêter, de détecter et de prévenir les pratiques de corruption. Il s'agit d'un organisme autonome, neutre et indépendant qui n'est soumis à la direction ou au contrôle d'aucune personne ou autorité.

Les Seychelles sont classées 1er en Afrique sur l'indice de perception de la corruption (IPC)

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X