Congo-Brazzaville: Téléphonie - L'escroquerie sur les transferts d'argent continue de faire des victimes

Lorsque la population prend conscience d'une approche d'escroquerie utilisée par des citoyens mal intentionnés qui arnaquent à travers les transferts d'argent par téléphone, ces derniers font tourner leur imagination négativement fertile afin de trouver d'autres moyens pour commettre leurs forfaits. La population continue d'empartir.

Les méthodes d'arnaques utilisées par certains citoyens, en matière de transferts d'argent par voie de téléphonie, continuent de faire des victimes parce que de plus en plus subtiles et difficilement détectables. « Quand tu fais un dépôt d'une grosse somme, un numéro t'appelle les minutes qui suivent, au nom d'une société de téléphonie mobile de la place, pour te demander de vérifier le compte. Dès que l'on met le code secret qui est du reste personnel, automatiquement le compte est vidé », explique une victime dont les réclamations n'ont abouti à rien en dehors de l'appel à la vigilance.

D'autres arnaqueurs appellent les intéressés, après un dépôt, se passant pour un agent de la société de téléphonie par laquelle le transfert est fait pour se faire une idée du montant dans le compte. Ils promettent un bonus après une série de questions-réponses par messagerie. Le premier message arrive avec la mention activer. Dès que l'intéressé active, sans mettre le code, il perd l'argent.

Pointés du doit

A tort ou à raison, certaines victimes estiment que les tenants des cabines seraient en complicité avec certains arnaqueurs, les informant des montants de dépôt afin de mieux cibler les personnes à arnaquer. D'autres encore supposent que ce pourrait être d'anciens agents des entreprises de téléphonie, informatiquement outillés, avec la connaissance de la base des données qui seraient auteurs de ces agissements.

Bien avant

Les approches d'escroquerie d'aujourd'hui sont différentes de celles d'hier. Avant, ces citoyens mal intentionnés appelaient pour dicter un code à composer afin de bénéficier d'un bonus. Par ailleurs, d'autres arnaqueurs se pointaient, avec tous les outils possibles, aux endroits où les kiosques agréés de transfert sont érigés et abandonnés. En présence d'un client qui venait faire un dépôt, ils activaient l'opération en indiquant le nom du destinataire de sorte à remettre le client en confiance, sans pour autant valider l'opération. Ensuite, ils quittaient le lieu, évitant que le client revienne pour des réclamations. Mais, ces techniques s'étant répandues comme des traînées de poudre, la population en a pris conscience au point de ne plus se faire avoir comme avant. Seulement, aujourd'hui, le phénomène continue de faire des victimes du fait que les méthodes utilisées sont de plus en plus raffinées.

Des réclamations pour rien

Souvent, sinon toujours, les victimes se présentent dans les sociétés de téléphonie mobile pour des réclamations. Des échanges qui ressemblent à des séances de conscientisation, aboutissant la plupart du temps par des appels à la vigilance car ces sociétés disent ne pas être responsables des attitudes des arnaqueurs qui pourtant ternissent leur image. Les promesses d'en finir avec le phénomène sont également faites. Peut-être que la procédure prend plus de temps car jusque-là, c'est le statuquo.

Des moyens conséquents devraient sans nul doute être mis en jeu avec le concours sinon l'expertise de plusieurs services habiletés à identifier et réprimer les auteurs de ces actes. La vigilance redoublée de la population qui devrait ne pas suivre les consignes données par messages ou appels peut aussi contribuer à réduire à néant ce phénomène. Il faut simplement les ignorer, disent certaines langues.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X