Congo-Brazzaville: Production nationale - Le numérique à la porte du secteur agricole

Kinshasa est déterminé à plonger l'agriculture dans une nouvelle ère. Cet important projet comprend la construction d'infrastructures sécurisées et le développement d'une culture du numérique pour faciliter la production, rentabiliser le stockage des produits agricoles et assouplir les mécanismes de distribution. Pour Christian Mbadu, vice-ministre du Plan, la chaîne des valeurs du secteur agricole est prise en compte dans le Plan national de numérique à l'horizon 2025.

L'utilisation du numérique dans le secteur agricole intéresse aujourd'hui l'Afrique entière. En effet, face à la pression démographique, les pays de la région devront réfléchir sur la possibilité de doubler ou tripler les niveaux actuels de productivité agricole pour se protéger contre l'insécurité alimentaire. Par ailleurs, ils relèveront le défi alimentaire dans un contexte difficile marqué par le changement climatique qui affecte déjà le secteur de l'agriculture. Pour y faire face, beaucoup de pays sont tentés de se lancer dans la transformation agricole intensive. Grâce au numérique, il sera possible d'accélérer le processus de transformation.

Par rapport à la question de l'agriculture et du numérique, le vice-ministre du Plan, Christian Mbadu, a tenu à faire une évaluation du chemin parcouru à ce jour. Le gouvernement, a-t-il expliqué, a mis en place toute une batterie de mesures conjoncturelles et structurelles qui visent à diversifier l'économie et créer les conditions d'une croissance inclusive. En République démocratique du Congo, l'agriculture vivrière, industrielle et pérenne ainsi que la pêche et l'élevage sont classés désormais comme les priorités du gouvernement. Anticipant déjà la réflexion sur le numérique, Kinshasa a créé tout un ministère pour réaliser cette nouvelle vision. Il entend s'appuyer sur lui comme d'un levier d'intégration. Le ministère du Numérique a doté le pays de son premier Plan national de numérique qui prend en compte la chaîne des valeurs dans le secteur agricole. Pour soutenir ces actions sur le long terme, il y a aussi un Plan directeur d'industrialisation chiffré à cinquante milliards de dollars américains sur l'horizon 2050.

Christian Mbadu a partagé toutes les informations stratégiques avec le reste de l'Afrique lors de la première édition du Forum d'Égypte pour la coopération internationale et le financement dans le développement, du 8 au 9 septembre au Caire. Présent à ces travaux, le vice-ministre a orienté son exposé sur le thème « Les enjeux de la sécurité alimentaire et les perspectives de l'évaluation du système alimentaire à l'ère du numérique ». Il a appelé à un partage élargi des meilleures pratiques dans les domaines d'intérêt commun avec la République arabe d'Égypte.

Dans la foulée, le vice-ministre a dressé un petit bilan de quelques avancées dans la politique agricole congolaise. Le pays, a-t-il relevé, a mis en place des instruments de planification et de programmation, notamment le Plan national d'investissement agricole, le Programme multisectoriel d'urgence d'atténuation des impacts de la covid-19 et le Programme national de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour les chiffres essentiels, le gouvernement espère atteindre une croissance annuelle du secteur agricole de l'ordre de 6 %. Enfin, les financements viendront du gouvernement et des différents partenaires au développement.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X