Cote d'Ivoire: Construction du marché moderne de Bingerville - L'ancien sera rasé ce lundi

12 Septembre 2021

Dans dix-huit (18) mois, la commune de Bingerville aura son marché ultra moderne bâtit sur une superficie de 26 000 mètres carrés. Ce grand marché sera construit sur le site actuel de l'ancien qui sera rasé ce lundi 13 septembre 2021, après plusieurs négociations avec les associations des commerçants. Dont certains sont encore retissant quant à leur départ et leur recasement sur un site aménagé.

C'est le cas du conseil fédéral des commerçants de Côte d'Ivoire section Bingerville dont le secrétaire général, Kiemdé Oumar, trouvé dans son magasin au sein du marché, dans la soirée du samedi 11 septembre, avec quelques membres de son bureau

Pendant que des commerçants décoiffaient leurs magasins, ramassaient leurs marchandises et enlevaient leurs étals, Kiemdé Oumar resté assit répondait aux coups de fil de journalistes et acteurs de la société civile qui veulent avoir des informations sur le dossier.

« A l'heure actuelle, nous n'avons aucun site de recasement prévu. Nos doléances, nous les avons signifiées. Il s'agit du délai de mise en demeure. Nous demandons un an pour nous organiser. Le maire refuse. Il est fermé à tout dialogue. Nous avons écrit à la primature, à la grande chancellerie, au cabinet de la première Dame, à la bonne gouvernance, à la médiature, nous n'avons reçu aucune réponse. Nous avons informé notre faitière dont le président, le maire d'Adjamé, Farikou Soumahoro a fait des recommandations qui n'ont pas été acceptées par le député-maire de Bingerville », a déclaré kiemdé Oumar.

Et d'expliquer : « A moins de 72 heures, nous n'avons pas de situation propre. Nous sommes plus de 4 000 commerçants. Nous n'avons pas de site de recasement ni de mesures d'accompagnement ».

Poursuivant, il a signifié que cette situation qui est de les chasser manu militari, a débuté il y a juste deux semaines. Ils l'ont appris par un communiqué radio. Et dans cette annonce, ils avaient 45 jours pour déguerpir.

« Informés de cette situation, nous avons adressé un courrier au maire pour savoir de quoi il s'agissait. Le courrier est resté sans réponse. Nous avons mené plusieurs démarches pour échanger avec le maire afin de préparer notre départ dans de bonnes conditions dont entre autres : le délai de mise en demeure, un lieu de recasement gratuit avec toutes les commodités », a-t-il ajouté.

Selon lui, il y a un site indiqué. Mais qu'ils ne trouvent pas approprié pour abriter leur recasement. « Sur ce site situé au quartier savane, rien n'est fait comme installation. En plus, il appartient à Ouéni Adam de l'organisation des commerçants des marchés de Bingerville (OCBM) à qui le maire a donné l'arrêté municipal. Ce dernier fait payer les places aux commerçants. Bien que ce soit payant, c'est une zone marécageuse. C'est un site qui n'est pas commode. Nous demandons donc au maire un délai pour partir dans de bonnes conditions. Nous demandons seulement un recasement gratuit pour nous » a insisté M Kiemdé après avoir fait l'historique de ce dossier pour lequel il continue d'appeler les hautes autorités à y jeter un regard.

Pour la mairie, tout a été fait de commun accord avec les faitières des commerçants

Aney Noel, l'attaché de presse du député maire, Issouf Doumbia, au nom de son patron, a assuré que pour ce dossier, tout est claire du début jusqu'à l'heure actuelle. C'est-à-dire à l'étape du déguerpissement des commerçants pour arriver à la démolition du marché ce lundi 13 septembre. « Dans le mois de février 2021, une plateforme dans laquelle se trouvent toutes les associations du marché de Bingerville ont tenu une réunion d'information et de travail avec le maire sur la question de la construction du nouveau marché, du délai de déguerpissement des commerçants et l'emplacement du site de recasement. En commun accord, tout a été planifié » témoigne Aney Noel.

Qui, poursuivant, a déploré que certaines associations n'ont pas informé leurs commerçants. Néanmoins la construction du marché a été validé par toutes les faitières des commerçants du marché.

Sur la question du recasement, il a affirmé que le député-maire a trouvé un site situé derrière Anader sur la route d'Aghien. Un site qu'il était prêt à lancer les travaux d'aménagement et qui sera gratuit. Les responsables des associations l'ont même visité et approuvé. « Après réflexion, ils disent que le site est éloigné. Le maire a donc dit que s'ils trouvent un site à leur convenance, il va le faire nettoyer et faire installer les commodités. Et l'actuel site dans le quartier Savane a été trouvé par eux-mêmes. Ce site appartient au village Adamé-Bingerville. Le maire a déjà fait aménager le site en y installant l'électricité », a-t-il expliqué.

Ajoutant que les agissements de la section du conseil fédéral des commerçants n'ont autres buts que de retarder la construction du marché moderne de Bingerville qui est le dernier projet du programme de campagne du député- maire, Issouf Doumbia.

Insistant que « ce groupuscule » qui veut saboter la réalisation du marché, avait au départ donné son accord et a même applaudi la nouvelle. Pourquoi, c'est maintenant à quelques jours du démarrage des travaux qu'il agit ainsi, se demande-t-il ? Ce qui est certain, déclare-t-il, plus de 95% des commerçants ont déguerpi. Et les travaux vont démarrer pour le bonheur des populations de la belle cité émergente de Bingerville.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X