Burundi: Le difficile accès des filles à l'université

Une jeune étudiante devant son ordinateur
13 Septembre 2021
interview

Ce lundi 13 septembre, c'est la rentrée des classes au Burundi. Mais, certaines filles ne peuvent pas poursuivre leurs études en raison de la pauvreté.

Déborah Mutoniwase, 14 ans, vit à Buterere, un quartier périphérique de la capitale économique, Bujumbura. Sa mère est séparée de son mari. Elle se débrouille dans le petit commerce au quartier pour subvenir aux besoins de ses deux filles. Les préparatifs pour la rentrée scolaire vont bon train.

Notre jeune reporter Clara Cheila Dushime, 17 ans, a rencontré Déborah Mutoniwase, une jeune fille qui tente de poursuivre sa scolarité malgré les conditions difficiles.

Clara Cheila Dushime : "Bonjour Déborah Mutoniwase. A quoi ressemble ta journée d'écolière ?"

Déborah Mutoniwase : "Je me lève très tôt le matin pour me laver et aller à l'école. Souvent, je vais à l'école le ventre vide et au retour, je ne trouve pas de quoi manger. Malgré tout ça, j'essaie de suivre les leçons en classe. Après l'école, je prépare les interrogations s'il y en a. Ou je vais aider ma mère dans son commerce."

Clara Cheila Dushime : Comment fais-tu tes devoirs ?

Déborah Mutoniwase : "Je fais toujours mes devoirs et révisions après les cours. J'utilise une lampe au mazout, ma mère fait tout son possible pour me trouver du mazout afin de mieux étudier."

Clara Cheila Dushime : "Est-ce que c'est facile d'étudier pour toi ?"

Déborah Mutoniwase : "Ce n'est pas facile. Nous sommes nombreux en classe. Mais, je me débrouille mieux grâce à l'appui de YBSP."

YBSP, c'est l'association "Youth Building in Synergy to end Poverty". Elle aide des jeunes filles comme Déborah en fournissant notamment du matériel scolaire. Arthur Mugisha est le président de l'association YBSP.

Clara Cheila Dushime: Pourquoi la plupart des filles de la zone Buterere ne fréquentent pas l'école jusqu'à l'université ?

Déborah Mutoniwase: Elles s'occupent beaucoup de travaux ménagers et ce sont les garçons qui sont privilégiés. Un autre problème, ce sont les grossesses en bas âge, je ne sais pas pourquoi.

Deborah Mutoniwase va à l'école publique, mais cela ne l'empêche pas d'avoir des rêves dorés... Elle veut passer son bac et étudier la médecine.

"Dès que j'entre en septième je vais bien travailler pour avoir de bons résultats. Après le secondaire, je ferai la médecine à l'université pour enfin devenir docteur Mutoniwase", déclare-t-elle.

Clara Cheila Dushime : "Que souhaites-tu aux autres jeunes filles comme toi ?"

Deborah Mutoniwase : "Je leur souhaiterais de bien étudier et de se passer de tout ce qui leur fait perdre du temps pour se préparer un bon avenir."

En 2019, les filles ne représentaient que 16,9% des inscrits à l'université. Mais Déborah Mutoniwase compte bien faire monter ce pourcentage.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X