Cameroun: Cacao-café - Le Guichet producteurs vulgarisé

Les récentes campagnes de sensibilisation lancées à Bafoussam et Bankim vont permettre aux producteurs de profiter de cet outil.

Après le lancement officiel du « Guichet producteurs » le 8 juillet à Yaoundé, il est question de se déployer sur le terrain pour expliquer le concept. D'où l'intérêt des campagnes régionales de sensibilisation, d'information et de formation des acteurs de la filière cacao-café tenues les 9 et 10 septembre dernier à Bafoussam et Bankim, dans les régions de l'Ouest et de l'Adamaoua respectivement. Les campagnes régionales visent à vulgariser les opportunités et les mécanismes du « Guichet producteurs ».

Notamment les subventions en intrants agricoles (engrais, semences/plants et produits phytosanitaires). L'idée, selon l'administrateur du Fodecc, Samuel Donatien Nengue, est de positionner le producteur comme acteur principal du processus de subvention, à travers la mobilisation d'une quote-part majoritaire de 60 à 70%. Pour sa part, le Fodecc va libérer 30 à 40%, pour chaque producteur ou organisation de producteurs. L'au- tre enjeu est d'opérer une ré- volution agricole en mettant à contribution le digital.

« L'outil de travail qui est vulgarisé nous permettra d'identifier la superficie de nos champs ainsi que les plants de cacao et de café, voire tout ce que nous pouvons avoir sur une superficie donnée. Cela va nous permettre de travailler efficacement en sachant où nous allons. L'outil qui est présenté va gérer beaucoup de producteurs de cacao-café et aller au-delà pour gérer aussi les produc- teurs de maïs, de bananier- plantain, etc », se réjouit Elisabeth Peuofo, représentante des producteurs de la région de l'Ouest.

Les campagnes vont se poursuivre à Mbangassina (Centre), Abong- Mbang (Est), Melong (Littoral), Bamenda (Nord-Ouest), Ebo- lowa (Sud) et Buea (Sud- Ouest). Le ministère de l'Agriculture et du développement rural (Minader) veut ressusciter les filières cacao-café et motiver à nouveau les producteurs à investir dans ces spéculations stratégiques. Ainsi, à travers le Fodecc, les pouvoirs publics misent actuellement sur le « Guichet producteurs » pour octroyer directement des sub- ventions au producteur sans intermédiaire.

Ce nouveau mécanisme, explique le ministre Gabriel Mbaïrobe, vient corriger les échecs des subventions de l'ordre de 39 milliards de F injectés en 14 ans pour le développement de ces deux spéculations et qui n'ont pas produit les effets escomptés. « Nous entrons là dans la véritable modernisation de notre agriculture de seconde génération. C'est une action importante pour notre économie, pour l'auto- suffisance alimentaire et pour nos agriculteurs en général. C'est également le début de la vulgarisation d'une nouvelle approche dans les interventions des pouvoirs publics en faveur du monde rural », indique Gabriel Mbaïrobe, Minader .

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X