Tanzanie: La présidente écarte des proches de Magufuli de son gouvernement

Stergomena Tax prête serment en tant que membre du parlement tanzanien devant le président de l'Assemblée nationale, Job Ndugai, le 10 septembre 2021.

La présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, a procédé dimanche à un remaniement de son gouvernement, écartant à cette occasion des alliés de son prédécesseur John Magufuli.

Dans le cadre d'un léger remaniement de son gouvernement annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, la présidente Samia Suluhu Hassan - qui a succédé à John Magufuli décédé subitement fin mars - a procédé à plusieurs nominations à des postes clé.

Elle a notamment nommé à la tête du très stratégique ministère de l'Energie January Makamba, quoi avait été limogé du gouvernement en 2019 pour avoir critiqué le chef de l'Etat, et a nommé deux femmes, Stergomena Tax et Ashatu Kijaji, respectivement aux postes de ministre de la Défense et de ministre de la Communication et des technologies de l'information.

Les analystes pointent qu'elle a surtout retiré deux ministères clefs, l'Energie et les Transports, à des personnalités très proches de son prédécesseur John Magufuli. « Je pense que ce remaniement est important parce que tout simplement, la présidente est en train d'essayer d'assoir son pouvoir en ramenant d'anciens alliés et en se débarrassant de ceux qui lui semblent être restés trop proches du régime de Magufuli », analyse le professeur Thabit Jacob de l'Université danoise de Roskilde.

« Au début, elle était très prudente, elle était toujours en train de chanter les louanges de Magufuli. Elle disait même que Magufuli et elle, ils étaient les mêmes. Mais on a vu qu'elle a commencé à se débarrasser des hommes de Magufuli dans le parti, note le chercheur. L'ancien secrétaire général du parti au pouvoir, Bashiru Ally, qui a été démis de ses fonctions de secrétaire en chef du cabinet. Il y a aussi l'ancien responsable de l'idéologie au sein du parti qui a perdu son poste. »

Après le parti, la présidente tanzanienne s'est attaquée à deux portefeuilles importants, souligne Thabit Jacob de l'Université danoise de Roskilde. « Dimanche, elle a fait des changements dans deux ministères, le ministère de l'Energie qui est très important - tenu par le propre neveu de Magufuli - et puis celui du Transports. Là aussi, il était dirigé par un allié de Magufuli. Donc, elle se débarrasse de ceux-là et elle ramène du sang neuf, comme la nouvelle ministre de la Défense par exemple, qui est un membre très expérimenté de l'appareil d'Etat. »

La présidente Samia Suluhu Hassan a également nommé un nouveau procureur général, le juge Eliezer Feleshi, qui remplace un autre proche de John Magufuli. Mais il est lui-même accusé d'avoir réprimé ceux qui s'opposaient aux décisions de l'ancien chef de l'Etat.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X