Madagascar: Baccalauréat - L'handicap n'empêche pas le succès

Prisca Vahatriniaina Harimalala, avec une infirmité motrice cérébrale, a obtenu le diplôme de baccalauréat avec la mention Assez Bien. Elle rêve de poursuivre ses études.

Le nom de Prisca, une jeune femme vivant avec une infirmité motrice cérébrale (IMC), figure dans la liste des candidats de la série A2, ayant obtenu la mention Assez Bien, dans la province d'Antananarivo, en la session 2021. « Je savais que je ne raterais pas cet examen. Je répondais, convenablement, à plusieurs questions », nous livret-elle. Si elle y croyait, sa mère, Esther Razafiarisoa, avait quelques doutes, avant les épreuves. « À cause de son handicap, Prisca est incapable d'écrire avec un stylo. Elle ne prenait pas de notes, en classe. J'avais peur qu'elle eût des difficultés à l'examen. Mais elle nous a prouvé le contraire. Elle a une très bonne mémoire », indique-t-elle.

Prisca dispose d'une très bonne capacité intellectuelle, selon Ny Tiana Ranjahenintsoa, directrice du lycée Le Flambeau de Madagascar, dans lequel Prisca a fait ses études depuis la classe de seconde. « Elle excelle en Mathématiques et en Sciences de la vie et de la terre », précise-t-elle. Son petit secret: l'écoute. « J'écoute bien les explications des professeurs, et je fais de mon mieux pour tout mémoriser », explique-t-elle.

Les études supérieures deviennent le principal sujet de discussion chez Prisca, depuis la sortie du résultat de l'examen.

Ordinateur obligatoire

Prisca veut à tout prix, poursuivre ses études. Elle veut voler de ses propres ailes. Elle envisage de devenir « un chef comptable ». « L'autre jour, on a discuté de ses études. Elle a pleuré. Elle a peur de ne plus pouvoir poursuivre ses études », lance sa mère. Les études supérieures sont problématiques pour les personnes en situation de handicap. Les établissements universitaires publics à Ankatso, entre autres, avec leurs escaliers interminables, ne sont pas accessibles pour des personnes avec un handicap moteur comme Prisca. Par ailleurs, comme à l'examen du baccalauréat, Prisca devra utiliser un ordinateur tout au long de ses études, aussi bien aux concours qu'à tous les autres examens qu'elle passera, étant donné qu'elle ne peut pas écrire avec un stylo. Ses parents et l'association Fanarenana, qui la soutient dans ses études, devront demander le feu vert du ministère sur l'utilisation d'un ordinateur. Reste à savoir si les autorités faciliteront son accès aux études supérieures.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X