Guinée: La junte militaire en passe de livrer l'ancien Président Alpha Condé à la justice pour répondre de ses actes durant ses10 ans de règne.

(Photo d'archives) - Alpha Condé, ancien Président de la Guinée lors d'une conférence Internationale des Nations Unies sur Ebola, juillet 2015.

Reclus depuis le 05 septembre dernier, dans une suite VIP d'un palace d'enseigne étrangère, l'ancien Chef de l'État Alpha CONDÉ est privé de ses téléphones portables. La junte militaire qui l'a gardé en résidence surveillée lui a seulement accordé d'être en compagnie de son cuisinier, le fidèle Bruno, de nationalité togolaise et son médecin-traitant Dr KABA.

La situation sur son sort a pris de nouvelle tournure. Selon des sources bien informées parvenues à Confidentiel Afrique, son refus de signer sa démission officielle et de se retirer du pouvoir a offusqué les putschistes. Cette obstination de l'ancien Président de ne pas reconnaître la légitimité de son tombeur a fait monter l'adrénaline chez principalement le numéro 2 de la junte militaire, le Colonel Balla SAMOURA. Selon une source autorisée, contactée par Confidentiel Afrique, les putschistes lui ont exigé de signer sa démission, dans un délai de cinq jours.

A défaut, glisse notre source, l'ex-locataire du palais Sékoutoureya de Conakry va devoir répondre a la justice de ses faits de corruption et de répression meurtrière durant ses dix années de règne. Une sollicitation de la justice, selon nos informations, n'est pas à écarter les prochaines semaines. La junte militaire guinéenne au pouvoir a entamé ce mardi des rencontres avec les acteurs politiques du pays.

Le Représentant Spécial des Nations Unies pour le Centre et l'Afrique de l'Ouest, le diplomate tchadien Annadif Mahamat SALEH s'est rendu d'urgence hier lundi dans la capitale guinéenne pour s'enquérir de l'évolution du putsch et a eu un tête-à-tête avec le chef de l'opposition Cellou Dalein DIALLO.

Confidentiel Afrique avait annoncé en exclusivité sa visite au pas de charge à Conakry au cours de laquelle il avait rencontré au palais Alpha CONDÉ le 15 juin dernier, plus de deux mois seulement avant sa chute. L'audience n'a pas été du tout tendre selon nos informations et avait comme sujet central, les restrictions liberticides politiques de Cellou Dalein et de plusieurs figures de la société civile.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X