Libye: Elections - Les Nations unies appellent à la responsabilité de la communauté internationale

Les élections représentent une opportunité pour la stabilité et l'unité en Libye. A cent jours de ces élections, l'Organisation des Nations unies demande aux dirigeants du pays à unir leurs forces pour garantir un vote libre, équitable et inclusif.

Les élections présidentielle et législatives sont prévues le 24 décembre en Libye. Elles répondent à une feuille de route découlant du cessez-le-feu d'octobre 2020 entre les autorités rivales du pays et de la mise en place d'un gouvernement d'unité nationale (GNU). « La Libye est à un carrefour où des résultats positifs ou négatifs sont également possibles », a déclaré le représentant spécial du secrétaire général et chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul), Jan Kubis. Il pense que ces élections sont une opportunité pour la Libye de « passer progressivement et de manière convaincante à une voie plus stable, représentative et civile ». Une loi électorale pour la présidentielle a été adoptée, alors qu'une législation pour les législatives est en cours de finalisation.

La Haute commission électorale nationale a reçu la loi sur les élections présidentielles. Le Haut conseil d'Etat déplore que celle-ci ait été adoptée sans consultation. Le président de la Haute Commission électorale s'est engagé à faire tout son possible pour respecter l'échéance du 24 décembre. « Il appartient au gouvernement d'unité nationale et à toutes les autorités et institutions de faire en sorte que les élections soient aussi libres, justes, inclusives et crédibles que possible dans des conditions et des contraintes exigeantes et difficiles », a souligné Jan Kubis. Il est convaincu que la communauté internationale peut contribuer à créer des conditions plus propices en facilitant le début d'un retrait progressif des éléments étrangers de Libye sans délai.

Jan Kubis a appelé les organisations régionales et les pays à fournir des observateurs électoraux pour aider à assurer l'intégrité et la crédibilité du processus, ainsi que l'acceptation des résultats. Il a rappelé la responsabilité de la communauté internationale à soutenir ces élections et à rester ferme contre les tentatives de déraillement. Car « ne pas organiser d'élections pourrait gravement détériorer la situation dans le pays, pourrait entraîner des divisions et des conflits », a-t-il averti. Quant aux acteurs libyens, ils sont inivtés à unir leurs forces et à garantir des élections parlementaires et présidentielle, libres, équitables et inclusives « considérées comme une étape essentielle pour stabiliser et unir davantage la Libye ».

Plus de 2,5 millions de Libyens se sont inscrits sur les listes électorales, dont 40% de femmes.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X