Libye: Ll'ONU vote mardi le renouvellement du mandat de la MANUL

NEW YORK (Nations unies) - Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait voter mardi un projet de résolution visant à renouveler le mandat de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) pour une autre année, un texte proposé par le Royaume-Uni et qui reconnaît le rôle clé des pays voisins dans la réussite du processus politique en cours dans le pays.

Après plusieurs cycles de négociations, le Royaume-Uni, le porte-plume des résolutions sur la Libye, a proposé vendredi dernier un projet révisé qui sera soumis mardi au vote du Conseil pour proroger le mandat de la MANUL jusqu'au 15 septembre 2022.

L'examen stratégique recommande, entre autres, à la MANUL de "renforcer et d'intensifier ses bons offices, ses efforts de médiation et son engagement avec les pays voisins de la Libye, notamment en ce qui concerne le retrait des forces étrangères".

Le projet de résolution souligne également l'importance de l'engagement avec les acteurs régionaux. Il reconnaît le rôle clé des pays voisins et de la région.

Il recommande aussi que l'envoyé spécial de la MANUL soit transféré de Genève à Tripoli et que son poste revienne à celui de Représentant spécial, appuyé par deux Représentants spéciaux adjoints, l'un pour les affaires politiques et l'autre en qualité de Coordonnateur résident et humanitaire.

Lire aussi: Les élections représentent une opportunité pour la stabilité en Libye

La résolution 2542 a remplacé le poste de représentant spécial basé en Libye par un envoyé spécial basé à Genève et a introduit un coordonnateur de la MANUL basé en Libye chargé de gérer les opérations quotidiennes de la mission, rappelle-t-on.

En tant que tel, le projet de résolution annule les changements structurels apportés à la mission en 2020 conformément à la résolution 2542 et réintroduit le poste de représentant spécial basé à Tripoli. Le texte stipule que la restructuration devrait prendre effet une fois qu'un nouveau Représentant spécial sera nommé.

Selon les conclusions de l'examen stratégique, de tels changements "contribueraient à recentrer l'attention sur la dynamique politique des divers aspects du conflit en Libye, tout en assurant la complémentarité et l'intégration entre la MANUL et l'équipe de pays des Nations unies".

Appel à soutenir la mise en œuvre du cessez-le-feu

Par ailleurs, le projet de texte exprime des inquiétudes face à "l'accumulation et l'utilisation abusive d'armes et le flux de groupes armés et de mercenaires.

A cet égard, le texte contient des extraits d'une déclaration présidentielle sur le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS) adoptée le 17 août, qui encourage "le soutien international et la coopération régionale entre la Libye, les pays voisins du Sahel et les Nations unies".

Dans une version précédente du projet, une disposition sur la coordination et la coopération de la MANUL avec les acteurs internationaux notait qu'une telle coopération viserait à faciliter le départ de toutes les forces et mercenaires étrangers de Libye. Il semble que la Chine et la Russie se soient opposées à cette référence, qui a été supprimée.

En outre, un paragraphe du préambule qui reconnaissait la "nécessité de planifier le désarmement, la démobilisation et la réintégration des groupes armés" a été élargi par le porte-plume pour inclure également "tous les acteurs armés non étatiques pertinents, y compris le retour de leurs membres dans leur pays d'origine".

De plus, le projet de texte réajuste les activités principales de la MANUL pour tenir compte des récents développements dans le pays.

Enfin, le projet de résolution appelle au "déploiement rapide de conseillers en protection des femmes et des enfants", postes créés par la résolution 2542 qui sont restés vacants à ce jour.

Et un paragraphe demandant à la MANUL d'aider les autorités libyennes dans leurs efforts pour protéger les femmes comprend désormais une nouvelle référence à la nécessité de "protéger les femmes participant aux espaces publics contre les menaces et les représailles".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X