Somalie: Le bras de fer entre le président et son Premier ministre continue

À l'origine de la tension entre les deux hommes : la disparition et la mort probable d'Ikran Tahlil, une agente des services de renseignement, la Nisa, en juin dernier. Une affaire où la hiérarchie de la Nisa est soupçonnée, mais protégée par le président. Malgré un début de médiation le week-end dernier, les deux hommes continuent de prendre des décisions parallèles et contradictoires.

Le président Farmajo a nommé lundi une commission d'enquête composée de magistrats sur la disparition de la jeune Ikran Tahlil, avec un membre choisi par la Nisa. Or auparavant son Premier ministre avait confié cette enquête à la justice militaire, donc hors de portée de la Nisa, une initiative qui, elle, a reçu le soutien de la famille de la victime.

Ainsi le bras de fer entre les deux hommes continue bel et bien, malgré leur tête-à-tête de samedi. Seule avancée obtenue, selon un journaliste somalien : Farmajo et Mohamed Hussein Roble ont établi un comité de liaison entre leurs deux bureaux et « maintiennent ouverte une ligne de communication ».

Selon la même source, face à la confusion, tous ceux qui peuvent servir de médiateurs sont sollicités pour intervenir. Samedi dernier, c'était deux gouverneurs de région, alliés de Farmajo, qui ont tenté de rapprocher les points de vue. Et un règlement financier, dit « de dette de sang », aurait même été proposé à la famille d'Ikran Tahlil.

Mais le père de la victime s'est exprimé en public pour la première fois samedi. Il a lancé à l'adresse des services de renseignement qu'il soupçonne du crime : « Rendez-nous son corps ou produisez-la vivante. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X