Afrique: Coopération Burkina /Arabie saoudite - Le renforcement des liens au menu d'une audience

14 Septembre 2021

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Burkina, Fahad Aldosari, a dit sa disponibilité d'œuvrer au raffermissement des relations bilatérales.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a successivement reçu en audience, l'ambassadeur du royaume d'Arabie saoudite au Burkina Faso, Fahad Aldosari et le président de la commission de l'Union économique et monétaire ouest- africaine (UEMOA), Abdoulaye Diop, le mardi 14 septembre 2021, à Ouagadougou.

Le chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré et le nouvel ambassadeur du royaume d'Arabie saoudite au Burkina, Fahad Aldosari, ont échangé sur le renforcement de la coopération bilatérale dans ses divers axes. Première personnalité à être reçue par M. Dabiré, le mardi 14 septembre 2021, à Ouagadougou, le diplomate saoudien, a confié que les liens entre les deux pays sont « solides ». « Mais il importe d'aller de l'avant. Nous avons abordé les questions inhérentes à l'économie, à l'agriculture et à la sécurité. Il faut œuvrer à la consolidation des liens entre nos deux Etats.

J'ai dit ma disponibilité de travailler avec le Premier ministre et l'ensemble de son gouvernement dans l'intérêt des deux peuples », a déclaré Fahad aldosari au sortir de l'audience qui a duré environ une heure. Il a confié que l'Arabie saoudite sera toujours aux côtés du Burkina Faso pour l'aider à relever les défis auxquels il fait face. A la suite de l'ambassadeur saoudien, c'est le président de la commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Abdoulaye Diop, qui s'est entretenu avec le Premier ministre. L'hôte du chef du gouvernement a déclaré être venu traduire sa reconnaissance pour sa nomination à la tête de la commission de l'UEMOA.

« C'était aussi l'occasion d'échanger avec le Premier ministre, recueillir ses conseils et ses orientations pour réussir la mission qui est la nôtre. C'est une chance pour nous d'autant qu'il a été commissaire à l'UEMOA. Pendant son passage, il a fait un excellent travail », a-t-il indiqué.

Encourager la libre circulation des personnes

Abdoulaye Diop a expliqué que sa mission à la tête de l'institution monétaire se déroule dans un contexte marqué par des crises diverses, notamment sécuritaires et sanitaires. Des crises qui, selon lui, ont « forcément » un impact sur la situation économique des Etats.

De ce fait, le président de la commission de l'UEMOA a renouvelé le soutien de l'institution aux autorités et au peuple burkinabè dans l'épreuve de la crise sécuritaire avec son corollaire de morts et de personnes déplacées. « Nous avons marqué la disponibilité de l'UEMOA à accompagner tous les pays dans la lutte contre le terrorisme qui est en train de leur causer beaucoup de difficultés », a laissé entendre M. Diop. Autre point abordé par les deux personnalités, la question de la libre circulation des personnes.

Pour Abdoulaye Diop, c'est la libre circulation des personnes qui doit caractériser l'espace communautaire. « Quand on vit une crise pareille, il y a des réflexes naturels à vouloir se replier sur soi. Mais il reste que le fondement de l'Union, marquée par la libre circulation des personnes doit être ancré au niveau de tous les Etats. Très prochainement, nous allons trouver les voies et moyens avec tous les Etats concernés pour assurer la libre circulation des personnes », a-t-il souligné.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X