Cote d'Ivoire: Opérations anticorruption dans les services publics

Depuis le dernier remaniement ministériel d'avril dernier, la Côte d'Ivoire s'est dotée d'un ministère de la Promotion de la Bonne gouvernance et de la Lutte contre la Corruption. À sa tête, Epiphane Ballo Zoro, ancien magistrat, resté relativement discret depuis. Ce mardi 14 septembre, il a révélé avoir lancé plusieurs opérations anticorruptions, baptisées « coups de poing », dans différents services publics.

Ces opérations « coups de poings » ont été lancées il y a plusieurs mois en toute discrétion. Et le collimateur a été placé sur plusieurs services ou administrations. Premier visé : la Sicta, chargée de faire passer le contrôle technique obligatoire aux voitures, ou les pots-de-vin, notamment pour fermer les yeux sur l'état de certains véhicules, sont nombreux.

Visés également les services de police et de gendarmeries dont certains agents rackettent les usagers de la route, en particulier les camions qui transportent des produits vivriers jusqu'à Abidjan. Avec des conséquences sur le coût de la vie, explique le ministre Epiphane Ballo Zoro : « Le racket a un lien sur la vie chère. Plus les transporteurs subissent les tracasseries routières, plus cela se fera sentir sur les ménages et le quotidien des populations. »

Tous les secteurs visés

Autre secteur visé, l'éducation, avec l'achat d'examens ou d'orientation par exemple. La santé, la justice ou la construction sont également des secteurs que n'épargnent pas la corruption, ajoute le ministre : « Attention à la fraude, attention au racket... L'État vous voit, parce que la corruption est une opération occulte, clandestine, qui peut prospérer tant que l'auteur pense qu'il ne peut pas être vu, qu'il ne peut jamais être identifié. »

Le ministère ne donne pas de résultat chiffré de ces premières opérations, mais le pays a encore du chemin à faire, notamment pour satisfaire des bailleurs de fonds toujours plus exigeants en la matière. Selon l'indice de Transparency International, la Côte d'Ivoire progresse en matière de lutte contre la corruption, mais demeure au 104e rang sur 180.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X