Madagascar: Toliara - Le délestage fait rage depuis une semaine

La ville de Toliara vit au rythme des coupures d'électricité. La Jirama Toliara ne cesse d'informer sur les tours de délestage par quartier. Le problème est tout autre.

SUITE à une baisse de puissance survenue au niveau d'un groupe électrogène de base à la centrale thermique d'Andranomena, la Jirama est contrainte d'appliquer un délestage tournant dans la ville de Toliara. Les responsables sont à pied d'œuvre pour chercher la résolution du problème » annonce la Jirama Toliara dans un communiqué. Une missive quasi quotidienne. Les raisons des coupures diffèrent telles que l'étranglement d'une ligne haute tension suite au passage d'un cerf-volant resté coincé sur les fils.

Toujours est-il que les désagréments causés par les délestages ralentissent la vie quotidienne des Tuléarois. « Avec cette période de rentrée scolaire, mon commerce devrait marcher. Mais les délestages ne me permettent point de gagner car mes glaces fondent à la chaleur qui commence à monter depuis ces derniers temps » réagit un pâtissier dans le quartier de Tanambao. Un gérant propriétaire de snack a préféré augmenter le prix de ces produits car il a investi dans l'achat d'un groupe électrogène. Les coiffures, les cybercafés, les hôtels se retrouvent en difficulté. Les quelques vingt-mille abonnés de la Jirama Toliara souffrent.

Explosion

Quand l'électricité fait défaut, l'eau ne coule pas non plus dans de nombreux fokontany de Toliara. Trouver de l'eau devient un autre problème. Sur les réseaux sociaux, des appels à des réactions de refus du délestage sont enregistrés. « Remerciez le ciel que nous ne réagissons pas encore. Mais cela va venir » préviennent les uns. D'autres menacent de descendre dans la rue ou. Un retour à la normale a été annoncé dimanche, mais la situation n'a pas changé. Le problème est bien plus complexe. « Le prestataire de la Jirama Toliara n'est pas payé à temps, ou plutôt, il n'est pas carrément payé du tout. Je pense que c'est la principale raison et c'est normal si le prestataire joue un peu au chantage afin d'être entendu d'une autre manière par l'État » indique une source.

Dans les hautes sphères, on apprend que des prestataires impayés depuis l'ancien ministre de l'Énergie veulent être payés par le nouveau ministre Andry Ramaroson. Et les enchères et les surenchères dans le délai de paiement s'activent actuellement. Les délestages ne concernent pas seulement Toliara mais Toamasina et Antsiranana vivent dans le noir le soir. Les contrats dits « révisés » des prestataires d'électricité de la Jirama, il y a un an, n'ont jamais été détaillés au public. Il a été rapporté par ailleurs, que des prestataires ont aussi manqué à leur cahier de charge, gonflent les factures et font payer le coût des groupes électrogènes qui n'ont jamais tourné.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X