Congo-Kinshasa: Exploitation illicite des minerais - La chine somme ses entreprises maffieuses de quitter le sol congolais

15 Septembre 2021

A la suite d'une enquête menée en Chine sur la supposée implication de ses entreprises dans l'exploitation illégales des mines à l'Est de la RDC, plus précisément dans le territoire de Mwenga, au Sud-Kivu, le gouvernement chinois annonce des sanctions imminentes à l'endroit de 9 sociétés minières citées dans cette affaire. En attendant, il leur a été demandé de suspendre définitivement leurs activités dans la province et de quitter le sol congolais le plus vite possible.

Selon le Directeur Général du Département Chinois des Affaires Etrangères, Wu Peng, la Chine s'est toujours opposée aux activités illégales des mines et en appelle à toutes les entreprises chinoises opérant en RDC de respecter strictement les lois et réglementations congolaises. « Nous soutenons la RDC dans la répression des activités économiques illégales, conformément à la loi. Après les enquêtes menées par la partie Chinoise, les autorités compétentes des provinces de Zhejiang et de Jiangsu ont ordonné aux entreprises impliquées de respecter l'ordre du gouvernement local de la RDC, d'arrêter complètement les activités concernées et de quitter la province du Sud-Kivu », a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

Le Chargé d'Affaires de Chine a, par ailleurs, indiqué que ces sociétés chinoises seront sanctionnés par le gouvernement chinois. Entre-temps, des enquêtes menées par les autorités compétentes du Fujian et d'autres provinces chinoises se poursuivent et des mesures sévères seront prises incessamment. « Nous n'autoriserons jamais les entreprises chinoises à aller en Afrique pour enfreindre les lois et règlementations locales.», a-t-il martelé.

Il sied de respecter qu'au mois d'août dernier, le Gouverneur du Sud-Kivu, Théo Kasi, avait pris un arrêté suspendant les activités des entreprises minières chinoises impliquées dans l'exploitation illégale des minerais, dont l'or. La population avait même dénoncé la présence des militaires qui gardaient certains opérateurs alors que le code minier ne l'autorise pas. Des habitants du territoire de Mwenga se plaignent aussi des cas de pollution des rivières.

«Ce sont des entreprises chinoises qui ne remplissent pas les conditions requises par le code minier en vigueur. Ces sociétés opèrent dans l'illégalité car elles ne disposent pas des documents essentiels qui les autorisent à opérer dans le secteur minier dans le territoire de Mwenga. Elles débarquent dans notre province juste avec un permis de recherche et une fois sur place, elles exploitent illégalement nos mines. Pire encore, ces Chinois, lorsqu'ils cherchent à exploiter les minéraux bruts, utilisent des produits extrêmement toxiques qui polluent les rivières», explique Clément Mutewa, coordonnateur de la jeunesse de la communauté locale du territoire de Mwenga.

Dans la plupart des cas, ces exploitations minières illégales ne respectent pas les prescrits de la législation minière en vigueur en RDC quant à la procédure d'obtention du droit minier, la conduite de l'Etude d'Impact Environnemental et Social, la Consultation des membres des communautés sur l'exploitation minière (Cahier des charges), entrainant ainsi une déforestation et destruction du couvert végétal sans précédent.

Suite à plusieurs dénonciations des communautés locales et des ONG des droits de l'homme sur le non-respect des textes en vigueur par les sociétés et les ressortissants chinois opérant dans le secteur des mines, l'Assemblée Nationale a dépêché depuis lundi dernier une délégation constituée de 8 députés nationaux dans le Sud-Kivu pour s'enquérir de la situation. Une mission officielle qui prendre fin ce dimanche.

Notons également que cette question avait été débattue lors d'un tête-à-tête entre la ministre des Mines et l'ambassadeur de Chine. Le diplomate chinois avait même demandé à la ministre Antoinette N'samba que soit dressée la liste des entreprises minières privées des sujets chinois œuvrant en RDC, en vue de les sensibiliser davantage sur le respect des lois et règlements du secteur minier congolais.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X