Madagascar: Programme ACCESS - Bons résultats à mi-parcours

Séance de présentation des résultats à mi-parcours du programme ACCESS, hier, par le directeur et deux directeurs adjoints du projet.

Dix fois plus d'enfants testés au paludisme et traités du paludisme simple par ACT (Artemisinin-based combination therapy ou combinaisons à base d'artémisinine) ; trois fois plus de cas de pneumonie traités ; six fois plus de cas de diarrhées traités ; plus de 18 000 agents communautaires (AC) et plus de 1 800 formations sanitaires soutenus ; plus de 17 millions de personnes touchées par les interventions. Tels sont, entre autres, les principaux résultats obtenus, à mi-parcours, par le programme de santé ACCESS (Accessible Continuum of Care and Essential Services Sustained) financé par l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Mis en œuvre depuis 2018 et pour une durée de cinq ans, ce programme affiche des réalisations à forts impacts sur l'amélioration de la qualité des soins dans ses 14 régions et 78 districts d'intervention à Madagascar. Le bilan à mi-parcours affiche ainsi un grand bond en avant au niveau de plusieurs volets d'intervention de ce programme quinquennal, notamment le soutien aux AC et aux formations sanitaires, la planification familiale (PF), la vaccination, les consultations prénatales et l'administration d'acide folique aux femmes enceintes ; le traitement de la pneumonie et de la diarrhée, etc...

En chiffres. Ces réalisations en matière de services cliniques et de santé communautaire se traduisent par 18 462 AC encadrés dans le domaine de la sensibilisation et de la surveillance, les urgences épidémiologiques, la PF et la prise en charge de quelques maladies de l'enfant (fièvre, toux, diarrhées). De même, 1 846 centres de santé de base (CSB) et d'hôpitaux de district ont pu être soutenus. En matière de santé de l'enfant, 72 353 cas de pneumonie traités contre seulement 23 577 au début du projet ; 1 393 535 testés au paludisme via le test de diagnostic rapide, contre 113 495 auparavant, tandis que 406 333 enfants ont pu être traités par ACT contre seulement 42 736 au début du projet. 181 333 cas de diarrhée traités, contre seulement 27 547 en début de projet. Au niveau de la santé maternelle, 458 054 femmes enceintes ont complété 4 consultations prénatales (47 395 en début de projet) et plus de 673 000 femmes enceintes ont reçu de l'acide folique, contre 65 491 auparavant. S'y ajoutent les 2 000 utilisateurs de l'application CommCare, permettant le rapportage en temps réel des données sanitaires et de surveillance épidémiologique.

Le projet a également équipé des infrastructures de santé, notamment des CSB et des hôpitaux de district. Pour cela, plus de 13 milliards d'ariary d'équipements et de matériels médicaux ont été acheminés à Madagascar.

Le projet de santé ACCESS prendra fin en 2023. Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, le projet se poursuivra encore pour un peu plus de deux ans et projette d'atteindre, sinon dépasser, ses objectifs initiaux en sa qualité de partenaire du ministère de la Santé publique dans les efforts d'amélioration de la qualité de soins et de renforcement du système de santé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X