Sénégal: Les deux activistes de Y'en a marre entendus par le juge d'instruction

Le Mouvement Y'en a marre du Sénégal en action dans les rues de Dakar

L'affaire de trafic de visas et de passeports fait toujours du bruit au Sénégal. Mercredi 15 septembre, les rappeurs et activistes Simon et Kilifeu, membres fondateurs du mouvement citoyen Y'en a marre, ont été entendus par le juge d'instruction qui les a ensuite placés sous mandat de dépôt.

Simon Kouka et Kilifeu ont une fois de plus passé leur journée en détention mercredi au palais de justice de Dakar, avant d'être reçus par le juge d'instruction du deuxième cabinet dans l'après-midi.

L'interrogatoire de première comparution s'est terminé un peu avant 16 heures. Ils ont été entendus en même temps que Thierno Amadou Diallo, qui aurait filmé Kilifeu en train de recevoir des sommes d'argent pour des services liés à l'obtention de visa.

À la sortie, les avocats sont très succincts. Ils se contentent de lister les chefs d'inculpation retenus par le juge d'instruction contre les deux figures du mouvement Y'en a marre : association de malfaiteurs, corruption, tentative de faux dans un document administratif et tentative de trafic de migrants contre Kilifeu. Délit de tentative de trafic de migrants et complicité d'usage de faux contre Simon Kouka.

Me Abdoulaye Tall, l'un de leurs avocats, rappelle qu'ils restent sereins et qu'ils continuent à clamer leur innocence.

Actuellement placés sous mandat de dépôt le temps de l'instruction, les deux rappeurs et activistes seront de nouveau entendus dans le cadre de l'enquête pour déterminer leur degré d'implication dans cette affaire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X