Mali: Réaction en Allemagne à un éventuel contrat entre Bamako et le groupe russe Wagner

Le Premier ministre malien Choguel Maïga, ici le 6 juin 2021.
15 Septembre 2021

La junte au pouvoir à Bamako et la société paramilitaire russe Wagner seraient en passe de conclure un accord. Une information qui suscite de vives réactions en Allemagne.

Présente au Mali avec près de 1.500 soldats, l'armée allemande est déployée dans le cadre de la Minusma, la mission de l'Onu et de l'EUTM, la mission de formation de l'Union européenne, dirigée depuis peu par le général de brigade allemand Jochen Deuer. Dans ce contexte, pas étonnant que l'éventualité d'un rapprochement entre Bamako et le groupe russe Wagner passe mal.

La ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a d'ailleurs prévenu dans un tweet que la conclusion éventuelle d'un tel accord "remettrait en cause" le mandat de l'armée allemande au Mali.

Un avertissement formulé comme suit : " Si le gouvernement du Mali passe un tel accord avec la Russie, cela contredirait tout ce que l'Allemagne, la France, l'Union européenne et l'Onu ont fait au Mali depuis huit ans."

Avant cette réaction, la France a menacé de retirer ses troupes. Le contrat en question devrait, selon certaines sources, porter sur le déploiement d'un millier de paramilitaires russes pour former les forces armées maliennes et assurer la protection des dirigeants. Des contreparties minières seraient en discussion.

Une mauvaise nouvelle

Le groupe Wagner fournit des services de maintenance d'équipements militaires et de formation mais est également accusé de mercenariat. Il est aussi suspecté d'appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin, Evguéni Prigojine mais Moscou a toujours démenti tout lien avec le groupe.

Pour des membres du Bundestag comme Christoph Hoffmann, du parti libéral démocrate FDP, l'éventualité d'un contrat entre Bamako et le groupe Wagner n'est pas une bonne nouvelle.

" Cela ne va pas stabiliser la situation sur place. Ensuite, on doit noter que la Russie est très intéressée par la vente d'armes. C'est très important de commencer une communication intensive maintenant pour arrêter le projet Wagner. Pour la stabilisation du pays, c'est le progrès et le développement qui sont importants, rien d'autre " précise Christoph Hoffmann qui rappelle le cas de la Centrafrique que la présence de mercenaires de Wagner n'a pas pour autant permis de stabiliser.

Arrêter la collaboration

Katja Keul, députée vert au Bundestag, est toute aussi critique. Selon elle "une collaboration avec le groupe Wagner est hors de question et si cela s'avère vrai, il faut mettre fin à l'EUTM (... ) car nous avons déjà la situation selon laquelle l'armée formée par l'UE a effectué un coup d'Etat. C'est une situation à laquelle toute la mission est confrontée et s'il y a maintenant une coopération avec un groupe qui s'avère ne pas être recommandable, alors le moment est venu de mettre définitivement fin à cette mission. "

Dans une interview accordée à la DW, Jelena Aparac, du groupe de travail de l'Onu sur l'utilisation de mercenaires, a déclaré que l'organisation était préoccupée au sujet de certaines informations provenant d'Afrique. Elle précise par ailleurs que l'Onu déconseille à tous les Etats d'embaucher des mercenaires ou d'avoir recours à des sociétés de sécurité privées.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X