Afrique: La roue du changement en mouvement

communiqué de presse

Alors que nous célébrons 50 ans de campagne pour un avenir plus vert et plus pacifique, je suis fier de faire partie d'une organisation aussi incroyable et audacieuse. J'ai passé une bonne vingtaine d'années de ma vie avec Greenpeace, ayant commencé comme volontaire sur la magnifique île de Fidji, dans le Pacifique Sud. Le temps que j'ai passé, mon expérience et mon exposition aux problèmes environnementaux mondiaux, où j'ai travaillé sur des questions telles que la pêche, le changement climatique, la foresterie, le nucléaire, l'alimentation et l'agriculture, la politique et les politiques mondiales, m'ont apporté une certaine clarté et continuent de m'inspirer chaque jour qu'il puisse y a de l'espoir. Je suis convaincu qu'il y a une roue du changement en mouvement qui est à l'échelle d'une révolution, où l'humanité doit redémarrer et reconfigurer la façon dont nous vivons, comment nous nous connectons à notre environnement naturel et comment nous nous relions les uns aux autres en tant qu'êtres humains.

L'espoir que nous avons déjà les réponses et que la réalité de cette pandémie nous a forcés à accorder plus d'attention à cette roue du changement.

Greenpeace m'a donné l'occasion de travailler dans la région du Pacifique où notre objectif était de promouvoir l'utilisation durable et équitable des dernières pêcheries de thon saines au monde dans les 17 pays insulaires. Cette expérience m'a ouvert les yeux sur les injustices et la cupidité si profondément ancrées dans la récolte, la transformation et la consommation du thon. Cette expérience m'a également permis de raconter les histoires invisibles du coût pour les vies humaines et l'écosystème océanique. Pourtant, les règles du jeu ont permis à ces pratiques inhumaines non seulement de se poursuivre, mais aussi de se développer pour satisfaire l'appétit insatiable du monde entier pour ces espèces. C'est consternant ! Le modèle commercial de l'offre et de la demande et l'esprit d'extraction ne sont pas la voie de l'avenir.

J'ai travaillé sur un certain nombre de questions politiques régionales et internationales dans différentes parties du monde, y compris aux Nations unies, où tout le modèle est basé sur le pouvoir et la domination. Il est rare de voir des politiques qui encouragent la coopération au sens propre du terme, par opposition à la norme de la concurrence. Comment les questions de sécurité, de commerce et d'environnement sont des leurres pour détourner l'attention des véritables problèmes auxquels l'humanité est confrontée, habillée de stabilité mondiale. C'est comme regarder une partie d'échecs diffusée à l'échelle internationale où il n'y a que quelques joueurs et où le tableau d'affichage a déjà été dressé.

Certains des moments forts de ma carrière ont été l'occasion de travailler en Chine continentale, en Corée, à Taïwan et en Afrique, où j'ai pu apprécier le fait très simple que l'humanité a tellement plus à partager, à apprendre et à comprendre les uns des autres. Cela m'a ouvert les yeux de découvrir des cultures et des modes de vie riches et diversifiés, et de voir que nous ne voyons que ce qui est raconté dans le monde extérieur. J'ai vraiment appris à vérifier mes propres préjugés, à me regarder et à réaliser que nous avons tant de choses en commun (si nous choisissons de les voir) et à observer le développement selon un paradigme complètement différent.

L'année dernière, j'ai écrit un blog dans lequel j'ai tenté de nommer le système actuel, qui ne fonctionne pas, et de nous interpeller sur notre pouvoir individuel et collectif. Je m'en suis inspiré et j'ai écrit sur la nécessité de faire de la place à la co-création en février. Alors que je prends le temps de réfléchir au parcours d'un demi-siècle de Greenpeace et à ma propre expérience, le même discours sonne vrai : notre pouvoir, le vôtre et le mien, constitue le véritable moteur qui doit faire tourner la roue du changement qui est en marche.

Je crois fondamentalement que cela exige que nous ne soyons pas définis par les cases et les catégorisations que l'humanité a appris à accepter comme normales. Il faut des conversations courageuses et aller au-delà des normes sociétales pour qu'un nouvel avenir émerge, où nous vivons en harmonie avec notre environnement naturel et réactivons l'âme de l'humanité, où le bonheur et le bien-être peuvent être la devise.

Centrer nos boussoles morales individuelles sur les fondements du respect et de l'honnêteté est la première étape où nous nous éloignons de notre esprit conditionné de compétition pour vivre en collaboration harmonieuse avec les autres. Nous devons également nous accorder le temps et l'espace nécessaires pour reconnaître le mal que nous nous sommes causés, aux autres et à notre environnement naturel, afin de passer par un processus de guérison significatif. Cette réflexion est la clé pour définir notre destination, et que nous pouvons (absolument et nous devons !) décider du sort de notre humanité.

Greenpeace a été fondé par un petit groupe d'individus ayant la ferme conviction de mettre fin à une injustice. Un demi-siècle plus tard, nous sommes désormais présents dans 57 pays et plus encore. Nous comptons des milliers d'employés, des dizaines de milliers de bénévoles et des dizaines de millions de partisans. Pour reprendre les mots célèbres de l'une des fondatrices de Greenpeace, Dorothy Stowe : "C'est incroyable ce que quelques personnes assises autour d'une table de cuisine peuvent accomplir."

Executive Director (Interim) of Greenpeace Africa.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X