Cameroun: Les ONG étrangères ont encore 10 jours pour se mettre en conformité

Au Cameroun, les associations étrangères n'ont plus que dix jours pour se soumettre aux demandes faites par le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji. Depuis le 26 août, un délai d'un mois court : si elles n'ont pas déposé dans les temps plusieurs nouveaux documents à la direction des affaires politiques, elles risquent de voir leurs activités au Cameroun suspendues.

Pour des raisons « d'actualisation du fichier », selon le ministère, les ONG étrangères doivent notamment déposer le plan de localisation du domicile du principal responsable, la liste complète et les copies des passeports des personnels expatriés. Une décision dénoncée par le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale.

Demandes illégales

Dénoncée aussi cette semaine par le parti d'opposition du MRC, dont maître Emmanuel Simh est le vice-président. Il parle de demandes illégales de la part des autorités camerounaises.

« Nulle part, la loi camerounaise sur la liberté d'association n'a prévu que ces documents soient produits. Même la loi fondamentale a prévu la totale liberté d'association. Il est pour nous évident que ce communiqué du ministre de l'Administration territoriale a pour objet d'empêcher que les associations des droits de l'homme étrangères et même celles qui sont nationales puissent exercer leur travail de vérification de la pratique des droits de l'homme au Cameroun. L'autorité administrative camerounaise est en train de faire un recul intolérable et qui ne peut que rappeler des méthodes d'une autres époque », estime maître Emmanuel Simh.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X