Congo-Kinshasa: Mauvais traitement des Congolais dans les sites d'exploitation minière /Sud-Kivu - Le CASC exige des poursuites contre les exploitants illégaux des minerais

Le Collectif des Actions de la Société Civile (CASC), demande aux autorités gouvernementales l'application des dispositions pertinentes du code minier pour mettre fin à l'anarchie qui règne dans le secteur des mines et de veiller scrupuleusement au respect des lois régissant ce secteur. C'était au cours d'un communiqué signé par son coordonnateur, Joseph Nkinzo, et co-signé par ses collègues, le pasteur Nzila Mito et Jean Claude Ekosa, que ressort cette déclaration.

Selon ces membres de la société civile, ce secteur ne contribue pas au développement des communautés locales ainsi que de la nation toute entière.

Cette déclaration du collectif des actions de la société civile a été faite suite au mauvais traitement que subissent les Congolais dans les sites d'exploitation minière, dans la province du Sud-Kivu. A cet effet, il s'observe un pillage systématique des ressources naturelles, le contrôle sauvage et irrégulier des concessions minières par des sujets étrangers.

Ce traitement macabre ainsi que le pillage des minerais, sont attribués injustement par des individus de mauvaise foi aux autorités de la République. C'est le cas avec le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, à qui l'on a imputé des faits dont il n'a aucune connaissance. Et pourtant, au vu des documents constitutifs des entreprises citées et dont les propriétaires sont légalement mentionnés, n'est impliqué ni de près, ni de loin dans cette exploitation illicite et honteuse des ressources naturelles de la RDC.

Pour le CASC, il est urgent qu'une information judiciaire soit ouverte contre les propriétaires réels qui exploitent illégalement les minerais dans la province du Sud-Kivu, et les auteurs du mensonge répandu dans les médias ainsi que dans les réseaux sociaux.

Ainsi, le CASC met en garde toutes les personnes mal intentionnées qui aspirent à la destruction des institutions de République régulièrement établies. Il exhorte l'Union Sacrée de la Nation à s'organiser en renforçant sa coordination et à répondre aux attentes de la population au regard du cahier de charges de la société civile, tel que remis à ce groupement politique en janvier dernier.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X