Sénégal: Affaire de trafic présumé de passeports impliquant Kilifeu et Simon - «Y'en a marre» dénonce «machination judiciaire» qui vise à décrédibiliser leur mouvement

17 Septembre 2021

Le mouvement «Y'en a marre» a tenu hier, jeudi 16 septembre une conférence pour se prononcer sur le mandat de dépôt décerner à leurs camarades Landing Mbessane Seck dit Kilifeu et Simon Niaga Kouka dans le cadre de l'affaire de trafic présumé de passeports. En conférence de presse, Aliou Sané, coordonnateur de Y'en a marre et ses camarades tout en réaffirmant leur attachement à la justice ont marqué leur solidarité avec leurs deux camarades victimes selon eux « d'une machination judiciaire» dont l'objectif est de décrédibiliser leur mouvement.

Placés sous mandats de dépôts et envoyés en détention préventive à la maison d'arrêt de Rebeuss depuis le mercredi 16 septembre dernier en même temps que leur accusateur, Thierno Amadou Ba alias « Thier » dans le cadre de l'affaire de trafic présumé de passeports, les deux rappeurs membres du mouvement Y'en a marre Landing Mbessane SECK dit Kilifeu et Simon peuvent compter sur le soutien de leurs camarades activistes.

En conférence de presse hier, jeudi 16 septembre, Aliou Sané, coordonnateur du mouvement Y'en a marre et ses camarades sont montés au créneau pour montrer leur solidarité à leurs deux camarades victimes selon eux «d'une machination judiciaire» dont l'objectif est de décrédibiliser leur mouvement.

Prenant la parole lors de ce face à face en présence d'acteurs politiques et de la société civile dont le leader de Pastef, Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, Dr Babacar Diop et Guy Marius Sagna, Aliou Sané tout en rappelant que le mouvement Y'en a marre a toujours voulu attendre que la justice fasse son travail, a accusé le régime de Macky Sall d'instrumentaliser la justice et la presse pour décrédibiliser le mouvement.

«Nous avons suivi le processus de cette affaire et c'est fort de cela que nous vous disons que nous sommes pour la justice mais à la lumière de ce qu'on a vu des auditions au parquet, après ce qui s'est passé hier (mercredi, Ndlr), on assiste un simulacre de justice. Nous remarquons qu'elle est utilisée par le pouvoir en place comme bras armé pour casser les activistes, pour que la voix de ceux-ci soit décrédibilisée» a dénoncé Alioune Sané. «L'affaire Kilifeu est un contrefeu par rapport à la situation des députés qui ont été cités dans l'affaire des passeports diplomatiques. La part de manipulation est réelle. Et cette auto-saisine sélective du procureur est aussi à dénoncer», a encore ajouté le coordonnateur de Y'en a marre.

Poursuivant son propos, l'activiste a toutefois précisé que ses camarades et lui sont non seulement prêts et plus que déterminés à «s'investir à travers les combats qu'il faut pour arriver à la restauration de la démocratie et des libertés» mais aussi «à soutenir leurs frères et exigent que l'enquête soit menée jusqu'au bout pour connaître l'identité de ceux qui sont derrière cette affaire».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X