Cote d'Ivoire: Chronique A la loupe - Hommage au président - Pourquoi il faut aller plus loin

17 Septembre 2021

Ainsi donc, le 11 septembre 2021, le stade Losseni Soumahoro de Séguéla (chef-lieu du district du Woroba) a refusé du monde. Le chef de l'État a eu droit à un hommage vivant. Vibrant!

Le Woroba, en 10 ans, a vu son taux de couverture en électricité passer de 16% à 85%. Cela s'est traduit par 510 localités rurales électrifiées entre 2011 et 2021, contre seulement 120 localités depuis les indépendances jusqu'en 2011. Et dans toutes les localités de plus de 500 habitants, le courant deviendra une denrée courante d'ici à fin 2021. Dans le district, il sera installé une unité de transformation de l'anacarde. Fruit d'un accord avec la banque mondiale, le projet est chiffré à plus de 107 milliards de dollars, soit plus de 5.943 300 020 000 FCfa!

Les travaux de l'aéroport de Séguéla seront achevés dans les meilleurs délais, selon le gouvernement, tandis que seront initiés d'autres chantiers.

Une bouffée d'air frais pour le district autonome du Woroba. De zéro à presque tout, ça se fête.

Et la fête fut le signe d'une double adhésion du cœur et de la raison aux actions du Chef de l'État Alassane Ouattara. Ce fut une adhésion du cœur puisque la démonstration de force du samedi 11 septembre fut une démonstration d'affection envers un homme.

Ce fut une adhésion de raison car la reconnaissance « attire de nouveaux bienfaits » comme nous apprend l'artiste-écrivaine, Madame De Sévigné. Rendre un hommage à un bâtisseur, ici, à un chef de l'État, pour son travail, est, de toute évidence, le meilleur fortifiant pour doper son enthousiasme et l'encourager à continuer.

D'ailleurs, d'autres régions sont sur la piste de lancement. Elles veulent élever la voix pour traduire également leur reconnaissance au premier des Ivoiriens. Au-delà des moments de reconnaissance, le chef de l'État lui-même, attend sans doute, plus de résultats à chacun des membres de son gouvernement pour l'atteinte de ses objectifs du Pnd 2020-2025.

Il tient aux ministres de s'inscrire ainsi dans l'axe de la vision du président de la République pour réaliser les promesses de développement qu'il s'est assignées dans chaque région.

Si chaque ministre, en bon matelot, mouille le maillot, le paquebot du développement, jettera l'encre dans le moindre village, dans le moindre hameau. Sans préjudice de ses charges nationales, un ministre doit aussi s'efforcer d'être un digne ambassadeur du Chef de l'État auprès des populations.

Cela suppose un bon encrage dans sa localité d'origine et une proximité étroite du ministre vis-à-vis des populations.

Devrait-on, par exemple, attendre l'État pour une cantine dans une école, un groupe électrogène dans un dispensaire rural ou une motopompe à une coopérative de maraichers ? Si chaque ministre tient bien ce rôle d'ambassadeur du Chef de l'État dans chaque localité, il sera plus à même, inversement, de remonter au gouvernement les soupirs inaudibles de celles-ci.

De la sorte, chaque jour sera vécu par les populations de toutes les contrées, comme un hommage à la politique du chef de l'État.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X