Madagascar: Compagnie Lovatiana - Festival Miaraka, le handicap s'honore à travers l'art

Un événement artistique unique en son genre, pluridisciplinaire et des plus fédérateurs. Le festival Miaraka conquiert la capitale comme étant une plateforme de créativité exclusive pour les personnes en situation de handicap.

Un rendez-vous culturel qui aura su pleinement émerveiller le public, tout comme les artistes qui y ont participé, la seconde édition du festival Miaraka a amplement gagné en envergure. Cette année encore, cette belle initiative lancée par la compagnie de danse Lovatiana a encore une fois accordé plus d'importance à l'inclusion des personnes en situation de handicap sur la scène artistique. Rideau donc sur une édition qui fut fédératrice, mais surtout enchanteresse et resplendissante de respect mutuel entre les artistes et un public de tous horizons.

Le festival Miaraka a toujours mis en avant cette réciprocité entre le monde de l'art et les personnes en situation de handicap, un intérêt commun entre ces deux milieux qui contribue plus encore à l'émergence de nouveaux talents pour la scène artistique. Fort de cet aspect rassembleur qu'il arbore fièrement donc, la compagnie Lovatiana à travers le festival Miaraka honore comme il se doit la créativité des personnes en situation de handicap à travers l'art. La danseuse et chorégraphe émérite Lovatiana Rakotobe à l'initiative de ce projet de souligner « C'est là un projet qui me tient à cœur depuis mes débuts. Il nous importe de faire corps avec ces personnes en situation de handicap, pour que comme nous ils puissent aussi s'exprimer à travers l'art. On est ainsi ravi d'avoir également eu le soutien de plusieurs partenaires et acteurs culturels venus se joindre à nous tout au long de cette aventure ».

Un festival engagé

Entre le Service de coopération et d'action culturelle au sein de l'ambassade de France, le Consulat honoraire d'Espagne, les ONGs Hetsika Madagascar, Humanité et Inclusion, ainsi que les centres comme l'O FNA C, Akama, les Orchidées Blanches, la Teinturerie Ampasanimalo et le Cercle Germano-Malgache/Goethe Zentrum, ils ont été nombreux à s'être joints à ce beau projet qu'est le festival Miaraka.

De plus, l'événement a surtout brillé par pluridisciplinarité lors de cette seconde édition. Au-delà de la danse contemporaine donc, le slam, la musique, l'art visuel et évidemment l'art oratoire si l'on peut le dire ainsi par le biais de la redécouverte de la langue des signes et du braille ont été à l'honneur tout au long de ce festival.

C'est en 2008, que Lovatiana Rakotobe a fait de la chorégraphie un moyen pour mettre en valeur la différence, une manière pour elle de faire sentir aux personnes handicapées le plaisir du mouvement dansé. S'ensuit en 2010, la création de cette technique exclusive de sa part qu'est le « Teboka Lasitra », inspirée de l'écriture braille pour transmettre la danse contemporaine aux personnes atteintes de cécité.

Forte de ses expériences, la chorégraphe Lovatiana devient alors une référence en matière d'inclusion du handicap par la chorégraphie à Madagascar. Grâce à sa compagnie et le festival Miaraka, elle apporte ainsi plus de visibilité aux talentueux artistes en situation de handicap. Un tel engouement et un engagement exemplaire qui se doivent d'être soutenus et salués par tout un chacun pour son esprit inclusif.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X