Centrafrique: La Banque mondiale veut financer le désenclavement du pays

Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique centrale et de l'Ouest, achève ce samedi 18 septembre une visite de quatre jours en Centrafrique.

Après avoir rencontré le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement, il s'est entretenu en tête-à-tête avec le président Touadéra dont le pays devrait entrer en récession cette année.

Au Palais de la Renaissance, deux conventions ont été signées pour un montant qui dépasse les 120 millions de dollars. Ils serviront à relancer une économie à bout de souffle qui devrait entrer en récession cette année sous les effets combinés des crises sanitaires et sécuritaires.

Faustin-Archange Touadéra, président de la République, revient sur cette période compliqué qu'a enduré le pays : « Non seulement, il y a eu la pandémie. Mais encore, nous avons fait face à une rébellion pendant trois mois. Le corridor d'approvisionnement de Bangui a été bloqué, ce qui a causé des pénuries. Nous travaillons pour que la sécurité revienne afin de permettre aux hommes d'affaires et aux investisseurs de déployer leurs activités et de nous permettre d'avoir une économie florissante. »

Le plus important projet chiffré à 72 millions de dollars concerne les infrastructures avec la réhabilitation du corridor vers le Cameroun, l'unique voie d'approvisionnement du pays, mais surtout l'ouverture d'une route vers le Soudan. « Le développement des infrastructures permet de créer les conditions d'ouverture de l'économie, mais surtout que les populations puissent profiter de l'ouverture du pays », indique Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique centrale et de l'Ouest. La route permettrait également de désenclaver le nord du pays l'une des revendications des groupes rebelles de la zone depuis la guerre civile de 2013.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X