Angola: Catoca évalue la qualité de l'eau de la rivière Tchicapa

Luanda — La Société Minière de Catoca mène, ce week-end, une expédition d'investigation, le long de la rivière Tchicapa, jusqu'à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), pour collecter des échantillons.

Selon la société, dans un communiqué, l'objectif est de prouver, avec des données de laboratoire, qu'aucun métal lourd ne s'est infiltré dans la rivière Tchicapa et les zones adjacentes, à la suite de l'incident enregistré dans la canalisation du système de drainage du bassin à résidus, le 24 juillet de cette année.

Le but de cette expédition est également d'effectuer un suivi « in loco » le long de la route fluviale Tchicapa depuis la province de Lunda Sul, en passant par Lunda Norte jusqu'à la frontière avec la RD Congo.

Le document indique que la qualité de l'eau sera évaluée, à travers la collecte d'échantillons pour analyser la caractérisation chimique des sédiments emportés par l'eau, l'évaluation du plancton (zoo, cyto et ichtyoplancton), le suivi de la faune (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères), entre autres.

Les résultats de cette expédition, indique le rapport, visent à réfuter les accusations de la République démocratique du Congo selon lesquelles la fuite a causé des pertes humaines dans ce pays voisin.

Selon Sabino Coqueia, chef du département de la sécurité de travail et d'environnement de la Société Minière de Catoca, « il n'est pas possible que Catoca ait apporté des produits toxiques à la rivière Tchicapa et aux zones adjacentes, car l'entreprise n'utilise pas de produits chimiques dans son processus de production et les résultats des recherches menées lors de la coulée de la pulpe rejetée le confirment.

"Nous réfutons toutes les accusations, cependant, dans le cadre de notre responsabilité sociale et de notre engagement fort pour la préservation de l'environnement, nous avons décidé de créer une équipe pluridisciplinaire, qui comprend des représentants des ministères, des universités, des directions provinciales, des ONG et des laboratoires indépendants, qui est de mener cette expédition et très prochainement nous ferons la présentation publique des résultats », affirme la note.

Au moment de l'incident, la Société Minière de Catoca a immédiatement appliqué un plan d'atténuation de l'impact environnemental, en surveillant en permanence l'écosystème, la biodiversité et la qualité de l'eau de la rivière Tchicapa.

Le document souligne que ce suivi a permis d'observer une amélioration marquée et continue de la concentration en matières en suspension, prouvant que, malgré un incident malheureux, il n'y a jamais eu de risque pour la vie des personnes.

Dans le domaine des infrastructures, la Société Minière de Catoca analyse et renforce la stabilité des digues de confinement.

En plus de l'ensemble des systèmes de protection existants, ajoute la note, deux autres barrages ont été construits et un troisième pour filtrer les particules en suspension est en cours.

Pour atténuer les conséquences sur la vie des populations qui dépendent de la pêche pratiquée dans les rivières touchées, Catoca a jusqu'à présent soutenu près de 200 familles avec des denrées alimentaires essentielles, une action qui s'inscrit dans ses programmes de responsabilité sociale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X