Sénégal: Album « Watabore » - Rif slame sur les valeurs du partage

17 Septembre 2021

Après « Consommer local » en 2017, le slameur originaire de Mboro, Chérif Adramé Diaw plus connu sous le nom d'artiste de Rif vient de sortir un deuxième album intitulé « Watabore ». Celui-ci se compose de huit titres et sensibilise sur des valeurs comme le partage, le sens de l'effort et du sacrifice.

L'art est le fruit d'une passion, le reflet quotidien de nos aspirations et de nos fantasmes. Avec son deuxième album « Watabore », le slameur Chérif Adramé Diaw dit Rif donne encore plus d'ailes à son penchant pour ce genre artistique qu'est le slam, mais aussi son ambition de vivre pleinement de son art. Composé de huit titres, cette nouvelle production est la confirmation d'un talent alliant une belle voix et de beaux textes. Un cocktail de bonheur où la puissance des mots fait tout un monde. Le pouvoir de la parole se ressent au rythme des envolées lyriques.

Comme très souvent, sur un fond musical assez bas, Rif déclame ses textes bien ciselés et composés avec une attention chirurgicale. Sa voix parfois douce et aiguë pare le titre de cet album « Watabore » qui signifie en wolof un met copieux que l'on sert à un hôte de marque. Pour l'artiste, il s'agit d'une pratique universelle renvoyant à certains aspects comme la spontanéité, le sacrifice, l'effort, la pureté, la qualité, l'abondance, la joie et le partage. En un mot comme en mille, toute une énergie positive que l'on transmet pour nourrir l'hospitalité et donner sens à l'humanité.

« Dans l'album « Watabore », on part du même principe qu'on transpose dans le contexte mondial actuel (crise des mœurs, épidémies, destruction de la planète, manque de repères... ) pour proposer une nouvelle alternative à la « Watabore » dans le but de sensibiliser et de conscientiser l'humanité », explique Rif. De son point de vue, il est question d'un engagement pour un nouveau départ personnel et collectif sur les plans professionnel, politique, social, culturel, environnemental et développement. « Cet engagement permet à l'homme de « rectifier le tir », c'est-à-dire de repartir sur de nouvelles bases pour ne plus se rediriger vers la déchéance », ajoute-t-il.

Une œuvre qui s'adresse aux Africains

Dans cet opus, l'artiste se sert d'instruments musicaux classiques en sourdine pour donner plus de relief à sa voix et aux textes. À l'aide de phrases et de mots simples, il introduit les consommateurs du slam au cœur de ses thématiques. « J'ai mis de la percussion pour montrer la touche africaine. Aussi, j'ai créé le beatboxing pour accompagner le slam et générer un environnement agréable qui renvoie au titre de l'album », soutient Cherif Adramé Diaw. « Watabore » est une œuvre bâtie autour du développement personnel et s'adresse aux Africains. Un produit destiné au consommer local, lequel est le titre de son premier album sorti en 2017 invitant à la promotion de l'expertise nationale, des productions locales dans tous les domaines de la vie.

Entre art oratoire, poésie et musique, l'œuvre de Rif sonne comme une sorte de dénonciation d'une certaine acculturation de notre société sous la pression des cultures européenne, américaine ou arabe. Parolier et passionné d'écriture, il est un artiste engagé qui compte sur le pouvoir de son art pour changer les mauvaises habitudes plombant tout projet de développement.

Cherif Adramé Diaw est originaire de Mboro et ancien élève du Prytanée militaire de Saint-Louis. Il a embrassé le hip-hop avant le slam. Ayant cru très tôt à son talent de parolier, il a décidé, il y a quelques années, de tourner définitivement vers cette forme de poésie. « Dans le passé, j'ai eu à faire beaucoup de sons de rap, mais en découvrant le slam, j'étais convaincu que c'était le genre d'art dans lequel je me retrouvais le plus. Je suis un parolier », avance-t-il. Titulaire d'un Master en droit de la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, l'artiste a eu à collaborer avec Eiffage Sénégal, en qualité de receveur avant de démissionner et de se concentrer sur sa passion. Ibrahima BA

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X