Congo-Brazzaville: Conseil municipal de Brazzaville - Les élus locaux déplorent la flambée des prix des denrées alimentaires

Les conseillers départementaux et municipaux de la ville capitale ont décrié la hausse des prix des denrées alimentaires, le 17 septembre, lors d'un échange avec le collectif des sénateurs élus sur place. Ils estiment que cette inflation constatée sur le marché est la conséquence des « prix exorbitants » imposés au niveau des péages sur la Route nationale n°1.

Le collectif des sénateurs élus à Brazzaville, que préside Pierre Ngolo, était en descente parlementaire pour faire la restitution des conclusions de la dernière session ordinaire et administrative du Sénat à leurs mandants. Il leur a fait savoir que des lois, une dizaine, avaient été approuvées au cours de cette session, au nombre desquelles l'adoption de la loi de finances rectificative 2021; la tenue des sessions extraordinaires consacrées à la prorogation de l'état d'urgence sanitaire et l'organisation du débat sur l'orientation budgétaire.

Dans les échanges, les élus locaux de Brazzaville ont soumis aux sénateurs un certain nombre de problèmes auxquels la population est confrontée. Il s'est agi notamment de la flambée des prix des denrées alimentaires constatée ces derniers temps sur le marché. Une inflation, selon les élus locaux, due aux coûts « trop élevés » des prix de péage imposés aux commerçants sur la route Brazzaville-Pointe-Noire.

« Nos électeurs ne cessent de nous interpeller sur l'augmentation des prix des produits de première nécessité. Selon les enquêtes que nous avions menées, les commerçants nous disent que cela est imputable aux prix exorbitants imposés au niveau des différents péages sur la Route nationale n°1. Ils nous ont dit qu'ils sont obligés de hausser les prix pour gagner quelque chose », a souligné un conseiller à Pierre Ngolo, qui en a pris acte.

« Nous allons vérifier cette information afin de soumettre le problème au gouvernement pour qu'une solution soit trouvée, parce qu'il n'y a pas de raison que les prix des produits alimentaires galopent sur le marché », a réagi le président du collectif des sénateurs.

Les élus locaux ont aussi posé aux sénateurs le sempiternel problème d'insécurité dans les quartiers de Brazzaville, causée, selon eux, par des bandits appelés "Bébés noirs" qui continuent de semer la terreur. De même, les élus du peuple sont revenus sur la reconstruction des habitations détruites lors des explosions du 4 mars 2012 ; les difficultés de transport en commun dans la ville; le paiement des arriérés de pensions dus aux retraités de la Caisse de retraite des fonctionnaires ainsi que la reprise de la société ECAir et bien d'autres.

Parlant de la riposte au coronavirus, Pierre Ngolo a appelé les conseillers à se faire vacciner afin de contribuer à l'atteinte de l'immunité collective.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X