Congo-Kinshasa: Vie des partis - Lamuka projette une nouvelle marche

La coalition politique veut encore organiser une manifestation, le 29 septembre, pour « faire échec » à toute tentative de politisation de la centrale électorale ainsi qu'à la fraude électorale et au glissement en 2023.

La coalition Lamuka tient à redescendre dans la rue, le 29 septembre, en vue de réclamer la dépolitisation de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Selon l'annonce faite le 17 septembre, au cours d'une conférence de presse tenue par le présidium de Lamuka composé de Martin Fayulu et Adolphe Muzito, cette plate-forme veut de nouveau marcher dans les principales artères de Kinshasa et d'autres villes du pays en vue de « faire échec » à toute tentative de politisation de la centrale électorale ainsi qu'à la fraude électorale et au glissement en 2023.

Recul de la démocratie en RDC

Faisant le bilan de la marche du 15 septembre, ce présidium a estimé que le régime actuel fait reculer le pays en matière du respect des droits de l'homme. Ce regroupement politique exige, par ailleurs, l'ouverture d'une enquête neutre afin de découvrir et sanctionner les responsables de la répression de cette manifestation voulue pacifique. « Le présidium de Lamuka exige une enquête neutre pour déterminer les responsabilités à tous les niveaux, de sorte que les auteurs, co-auteurs et commanditaires répondent de leurs actes devant les tribunaux », ont souligné Adolphe Muzito et Martin Fayulu.

Le 15 septembre, la coalition Lamuka avait planifié une marche pour dénoncer la tentative de politisation de la centrale électorale. Alors que le gouverneur de la ville de Kinshasa avait interdit cette marche, en proposant aux leaders de la plate-forme de tenir leur manifestation deux jours plus tard, ceux-ci avaient refusé de se conformer à cette décision. Et, le jour de la marche, ils avaient buté face aux forces de l'ordre qui avaient pris possession des lieux tôt le matin.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X