Congo-Kinshasa: Économie - La RDC entend accélérer la cartographie de ses minerais

Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi-Tshilombo, a ordonné la mise en place rapide d'une commission interministérielle pour l'aboutissement du projet qui devrait aider le gouvernement à voir clair dans l'exploitation des ressources minérales après le dernier scandale lié à la présence irrégulière des entreprises chinoises dans les zones minières de l'est du pays.

Le chef de l'Etat a instruit, le 17 septembre, le Premier ministre, Sama Lukonde, d'accélérer le projet de la cartographie des minerais en République démocratique du Congo (RDC). Pour y parvenir, il est projeté la mise sur pied de toute une commission interministérielle composée des ministères et institutions publiques concernés. Bien entendu, au regard de leurs attributions, les ministères des Mines et de la Recherche sont au cœur de ce projet qui vient répondre à la nécessité de mettre fin à l'exploitation illégale des ressources minières. Par rapport à l'affaire des entreprises chinoises opérant irrégulièrement dans le sud-Kivu, l'Assemblée nationale a envoyé, le 13 septembre, une mission de huit députés pour recueillir les informations sur le terrain, à Mwenga. La mission devrait faire des recommandations pour mettre fin à cette situation.

Projet de cartographie

Mais que peut-on attendre d'une cartographie ? Si l'on remonte dans le temps, en 2019, deux instituts de recherche, l'International peace information service et Danish institute for internatinal studies, ont produit une cartographie des zones minières artisanales et des chaînes d'approvisionnement en minerais dans l'est de la RDC. Ils ont pu doter le pays d'une base de données contenant des informations sur 2 700 mines employant environ 382 000 creuseurs artisanaux, 945 barrages routiers et 71 centres de minerais.

Par rapport au projet en cours, il survient déjà après le scandale de l'exploitation illégale des minerais par des entreprises étrangères. Aujourd'hui, plusieurs sociétés et personnes physiques détenant des permis de recherche ont bien démarré avec l'exploitation en toute illégalité. Dans son instruction, le président Tshisekedi a exigé au ministre des Mines d'évaluer la situation auprès du cadastre minier et de diligenter une enquête dans un délai raisonnable. Il lui a demandé de produire un rapport clair et détaillé, et de faire des propositions concrètes assorties des mesures contraignantes pour les cas d'irrégularités.

Dans le même ordre d'idées, le ministre des Infrastructures et Travaux publics doit présenter l'état de lieu de l'exécution technique et financière des projets inscrits dans le contrat dit sino-congolais. Il est question aussi de faire le même exercice dans le secteur minier.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X