Lesotho: Renforcer la confiance dans les vaccins anti-Covid-19 au pays

Maseru — Les mythes et la désinformation autour des vaccins contre la COVID-19 prospèrent au Lesotho, où plus de 85 % des quelque 500 agents de santé interrogés récemment ont reconnu que les idées reçues sur les vaccins sont largement répandues.

Une enquête rapide menée en juillet par l'OMS et des partenaires et qui couvrait cinq des dix districts du Lesotho a montré que les théories du complot peuvent susciter la peur, la confusion et la réticence à l'égard des vaccins dans ce pays où les populations sont très pieuses.

« Ma plus grande crainte était d'être entraîné dans une secte et d'être marqué du signe de la bête. Alors j'ai observé et attendu que d'autres personnes se fassent vacciner pour surveiller leur santé et leurs comportements », raconte Mamookho Masamane, un dignitaire religieux de la région septentrionale de Leribe.

On estime que plus de neuf personnes sur dix au Lesotho sont d'obédience chrétienne, et les responsables religieux sont aimés, respectés et écoutés. L'église fournit plus de 40 % des services de santé du pays grâce à un réseau d'hôpitaux, de centres de santé et d'écoles d'infirmiers.

« Nous comprenons que notre vocation n'est pas seulement confessionnelle, mais aussi communautaire. Les populations nous font confiance et ce que nous disons peut influer sur leurs décisions », indique Mapoloko Mabena, secrétaire du Conseil chrétien du Lesotho dans la ville septentrionale de Butha-Buthe.

Avec le soutien de l'OMS et du Conseil chrétien du Lesotho, le Ministère de la santé offre des formations aux dignitaires religieux afin qu'ils communiquent aux populations les informations portant sur la COVID-19 et les vaccins contre cette maladie, qui peuvent sauver des vies.

« Avant chaque session, les participants sont interrogés sur ce qu'ils savent des vaccins contre la COVID-19. La plupart avouent en avoir des connaissances très limitées, tandis que d'autres disent n'avoir aucune information sur ces vaccins. C'est pour cette raison que nous nous attachons à étoffer leurs connaissances », confie Selloane Maepe, chargé de vaccination à l'OMS.

Jusqu'à présent, six sessions de formation ont été organisées à l'intention de 50 dignitaires religieux dans neuf des dix districts du Lesotho, à commencer par les districts qui ont été les plus rudement touchés par la COVID-19, à savoir Berea, Leribe, Butha-Buthe, dans la région du nord, sans oublier la capitale Maseru.

« Je n'ai jamais cru en ce vaccin. Je n'ai jamais voulu le prendre moi-même ni encourager les autres à le faire mais, grâce à cette formation, j'ai réalisé qu'un manque d'information est en fait un péché et qu'il est important de se faire vacciner. Je partagerai ce que j'ai appris avec tout le monde dans mon village, avec mes amis et mes frères et sœurs de l'église », dit Mamookho Masamane lors d'une session de formation à Leribe.

Avec une population de 2,1 millions d'habitants, le Lesotho a recensé plus de 14 000 cas de COVID-19 et plus de 400 décès. Près de 10 % de la population a reçu une première dose de vaccin anti-COVID-19.

« La capacité des responsables religieux à participer efficacement à la riposte aux épidémies repose sur leur compréhension des enjeux », souligne le Dr Richard Banda, Représentant de l'OMS au Lesotho.

« Ces ateliers visent à transmettre des connaissances aux responsables religieux, car ceux-ci jouent un rôle primordial pour mobiliser les communautés, sensibiliser, aider à en finir avec les mythes et les idées reçues, promouvoir l'acceptation des vaccins et proposer des compromis lorsque les actions de santé publique sont jugées incompatibles avec les valeurs religieuses. »

Le Ministère de la santé, l'OMS et des partenaires ont prévu cinq autres ateliers avec des responsables religieux et communautaires dans cinq districts au cours du mois à venir.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X