Sénégal: Diourbel - Recrutement des 5000 enseignants - Le collectif national des daaras modernes déçu

18 Septembre 2021

Le collectif national des daaras modernes qui avait convenu avec l'état de tester un curriculum national des enseignants formés dans les daaras, déclare être déçu du recrutement des 5000 enseignants par l'Etat, dans le cadre de sa politique d'emploi des jeunes.

Ces enseignants formés dans les Centres régionaux de formation du personnel de l'éducation (CRFPE), dans le cadre du Programme de modernisation des daaras (PAMOD) ont été laissés en rade dans le recrutement de l'Etat.

Le collectif des daaras modernes, en assemblée générale, est très remonté contre la démarche de l'Etat dans le recrutement des 5000 enseignants dans le cadre de sa politique d'emploi des jeunes. Et pourtant ces enseignants proposés par ces daaras ont été formés au niveau des Centres régionaux de formation du personnel de l'éducation (CRFPE) dans le cadre du Programme de modernisation des daaras (PAMOD). Mais ils ont été laissés en rade. Et cela malgré les attestations de fin de stage que l'académie leur a délivrées.

Serigne Omar Tandiang, le président du Collectif national des daaras modernes explique : «nous sommes très déçus après le recrutement des 5000 enseignants dans le système éducatif. Nous sommes une organisation qui avait signé avec l'Etat un Protocole d'accord appelé Accord-cadre qui stipule que rien ne se fera désormais sans l'implication des daaras.

Nous pensons que l'Etat devrait prendre en compte nos enseignants qui ont été formés dans les CRFPE (Centres régionaux de formation du personnel de l'éducation)». Et Cheikh Gaye d'ajouter : «nous étions en droit de penser que nos jeunes qui ont été formés et qui ont fait le testing étaient en droit d'espérer qu'ils seraient recrutés, avant toute autre personne. Nous pensons que ceux qui sont recrutés ne sont pas plus prioritaires que nos jeunes formés. Nous sommes déçus et le mot n'est pas trop fort.» Le Collectif national des daaras modernes dénonce le manque d'ouverture du nouveau ministre de l'Education.

Selon lui, Mamadou Talla, le ministre de l'Education «semble s'être barricadé. Nous n'arrivons pas à prendre langue avec lui. Il ne répond pas à nos sollicitations. Il ne nous consulte pas, c'est comme si les daaras modernes n'existent plus. Or, l'Etat du Sénégal, dans sa volonté d'élargir l'offre éducative et de faire prospérer la notion d'inclusion, avait construit des daaras modernes pour permettre à chaque parent qui ne veut pas de l'école classique d'avoir une autre école pour son enfant».

Pour Serigne Omar Tandiang, «l'ancien ministre de l'Education, Serigne Mbaye Thiam, ne faisait rien sans nous impliquer. Mais, par contre, l'actuel ministre de l'Education, Mamadou Talla, ne nous a jamais accordé une audience», a-t-il conclut. Le Collectif national des daaras modernes exige, par ailleurs, que l'Etat de revoie sa copie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X