Sénégal: Bambey - Homologation de variétés de mil et de fonio - L'ISRA fête ses chercheurs émérites

18 Septembre 2021

Le Centre national de recherches agronomiques de Bambey a organisé une cérémonie de remises de trophées et de prix aux chercheurs émérites Dr Ousmane Sy et Amadou Fofana, pour avoir créé des variétés de mil et de fonio qui ont été homologuées. La mise en place de ces variétés s'inscrit dans une volonté de l'Etat de faire de l'agriculture le levier de la croissance économique, par l'augmentation de la productivité et de la production en vue de favoriser l'autosuffisance alimentaire. Il s'agit également d'une initiative qui vise l'émulation au niveau des jeunes chercheurs.

Le Centre national de recherches agronomiques de Bambey a fêté ses chercheurs émérites, dans le cadre du Centre d'excellence de recherche. Il s'agit, entre autres, des Dr Amadou Fofana pour la variété fonio et du Dr Ousmane Sy en service dans la sélection du mil. Il s'agit, selon ce dernier, de variétés à double usage que sont la «souna du Sine» la «souna du Saloum» et la «souna du Baol». Ibrahima Sarr, le Directeur du Centre national de recherches agronomiques de Bambey, explique : «nous avons pensé, dans le cadre du Centre régional d'excellence qui regroupe un ensemble de chercheurs au niveau du BAM de l'ISRA, au niveau du CERAAS de Thiès, de l'ENSA et de l'ITA de Dakar, adresser les problématiques des céréales sèches en Afrique de l'Ouest». Pour Ibrahima Sarr «le fait de fêter ses chercheurs est une initiative qui est arrivé à son heure dans le sens que c'est la première fois, au Sénégal, qu'on parvient à homologuer une variété hybride performante appelée TAAW».

Le Directeur du Centre national de recherches agronomiques de Bambey de relever que «les producteurs ne voulaient pas des hybrides puisqu'ils pensaient qu'ils ne pouvaient pas, à chaque fois, disposer des semences. Quand cela est fabriqué ici avec des populations de mil avec des lignées males stériles, cela permet d'avoir une bonne résistance dans les conditions locales et adaptées pour les producteurs. Et les parents étant là, la disponibilité de semonce ne pose aucun problème. C'est une grande première avec la performance. Quand on parle hybride, cela veut dire que la variété a de très bons rendements. Et, en plus, il y a la résistance par rapport à la sècheresse, au manque d'éléments nutritifs. Et c'est cela la volonté de l'Etat d'aller vers la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays».

S'agissant de la seconde variété, M. Sarr note : «il y a également une vielle doléance des acteurs du fonio c'est-à-dire les industrielles avaient des difficultés à avoir des semences parce qu'il n'y avait aucune variété ou écotype qui était homologuée. Ce qui est fait cette année en 2021. Ce sont ces chercheurs qui ont travaillé d'arrache-pied, depuis 1981-1985, avec différentes variétés mises en place au niveau de l'ISRA. On est parvenu à satisfaire les doléances des industriels et des transformatrices du fonio». Et il poursuit : «on va essayer de perpétuer cette initiative. C'est cela qui est recherché pour encourager les jeunes chercheurs, pour pouvoir les suivre et constituer une émulation pour eux».

Le Dr Ousmane Sy déclare qu'«en 1912, lors du départ des chercheurs blancs, il n'y avait qu'une seule variété de mil, le «souna 3». Cette variété n'a jamais été battue par une autre variété. En 1985, quand Jacques Faye est arrivé à la tête de l'ISRA, il avait estimé qu'on ne pouvait plus faire de progrès et il avait détruit le programme mil. Le challenge était pour nous de montrer le contraire.

Ainsi, nous avons fait de la profession protections, des croissements, de l'introduction de matériels. Et c'est le résultat de ce travail là que les gens sont entrain de fêter parce que nous avons mis au point plusieurs variétés dont la Gawane, Dialatte 2, ISMI 9507 cultivée dans la zone Nord. Nous avons récemment la souna du Sine, la souna du Saloum et la souna du Baol et la première variété hybride de l'Afrique de l'Ouest appelée TAAW qui est cultivée dans toute la sous-région».

Et il poursuit : «dans le pipeline, il y a deux variétés de cycle long dont une est du fonio et l'autre est une souna de cycle long, de 130 jours, que nous avons prévu d'homologuer pour la zone Sud». Cette rencontre s'est déroulée en présence d'Abdou Ndiaye, Directeur technique, représentant le Directeur général de l'ISRA.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X